Découvrez le prieuré de Souvigny et sa Colonne du Zodiaque unique au monde

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/01/2016 à 15H38, publié le 11/01/2016 à 18H03
Eglise prieurale de Souvigny (Allier)

Eglise prieurale de Souvigny (Allier)

© France 3 Culturebox

Souvigny, village de l’Allier de 2000 habitants est un haut lieu de l’histoire médiévale. Son église prieurale, en plus d’être l’une des étapes sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, abrite des trésors vieux de 11 siècles. Visite guidée et retour sur l’histoire de ce monument, élu grand site national.

L’église de Souvigny dans l’Allier, en plein cœur de l’ancienne province du Bourbonnais, a été en partie restaurée ces dernières années. Il s’agit du plus vaste édifice religieux du département, d’origine romane, mais modifié et agrandi aux XIIe et XVe siècles.

Reportage : D.Dumas / P.Lagaune / E.Beaugé 

Souvigny capitale religieuse des Bourbons

La naissance de l'église est liée à l’abbaye de Cluny.  Au Xe siècle, le sire de Bourbon Aymar donne à l'abbaye de Cluny une partie de ses terres. Un monastère est alors construit et deux des abbés de Cluny viennent y mourir, tour à tour : Mayeul et Odilon dont on peut aujourd'hui admirer les gisants. "Mayeul était considéré comme un saint qui produisait des miracles dont la résurrection de morts-nés pour qu’ils reçoivent le baptême et ces phénomènes miraculeux étaient attestés", explique Paul Saccard, responsable culturel de Souvigny.   
Les gisants Mayeul et Odilon 

Les gisants Mayeul et Odilon 

© France 3 Culturebox
Le prieuré devient alors un lieu de pèlerinage, une grande église est construite sur le modèle de Cluny III, et les ducs de Bourbon la choisissent comme nécropole ducale. Dans la chapelle Vieille restaurée entre 2014 et 2015 se trouvent les gisants de Louis II de Bourbon et de son épouse Anne d’Auvergne, inhumés dans un caveau avec d’autres membres de la famille.
 

Un mélange de styles et d’époques

Les diverses époques de construction forment un ensemble certes irrégulier mais plein de charme. L'église mesure 84 mètres de long et la voûte atteint 17 mètres. Des proportions somptueuses à l’image de l’édifice et notamment de la nef restaurée entre 2006 et 2008. 
Nef de l'église de Souvigny 

Nef de l'église de Souvigny 

© France 3 Culturebox
Non loin du prieuré se trouve un jardin. A l’époque des moines, il servait exclusivement à la culture de légumes et de plantes médicinales. Il s’agit aujourd’hui d’un jardin à la française créé en 1994. On y trouve, autour des bassins, différentes variétés, dont des buis dorés, des buis verts, des fusains colorés qui forment différents motifs dont des fleurs de lys. Il y a là, aussi, différentes espèces de fleurs et de plantes aromatiques.
 

La colonne du Zodiaque unique au monde

Incontournable également lorsque l’on visite l’église de Souvigny, le pilier roman, plus connu sous le nom de Colonne du Zodiaque.  Ce chef d’œuvre de l’art roman clunisien est unique au monde. Très énigmatique, il est orné de motifs qui représentent des évocations de l’univers et des signes du zodiaque. "Les symboles du zodiaque c’est une manière de montrer que les moines étaient cultivés puisque l’astrologie et l’astronomie sont deux des sept matières enseignées à l’université", explique Paul Saccard, le responsable culturel de Souvigny. Son utilisation reste toutefois un mystère. Selon les spécialistes il pourrait s'agir d'un gnomon (instrument astrologique), d'un support de cadran solaire ou encore de la base d’un chandelier pascal.  
Colonne du Zodiaque

Colonne du Zodiaque

© France 3 Culturebox