Saul Bass, l'homme qui a révolutionné les affiches et génériques de films : une exposition inédite en France

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/01/2016 à 12H34, publié le 13/01/2016 à 12H19
L'affiche d'"Anatomie d'un meurtre" d'Otto Preminger par Saul Bass

L'affiche d'"Anatomie d'un meurtre" d'Otto Preminger par Saul Bass

© Saul Bass

A l'occasion du 20e anniversaire de la mort de Saul Bass, le centre d'art et de design "La fenêtre" à Montpellier présente jusqu'au 26 mars une exposition inédite en France consacrée à son oeuvre. De "West side story" à "Psychose", en passant par "Shining", ce graphiste américain de génie a signé de nombreux génériques et affiches de films à Hollywood.

Dans l'Amérique du début des années 50, les génériques de films sont jugés si ennuyeux que le rideau ne s'ouvre dans les cinémas qu'une fois qu'ils sont terminés et que le film commence. Mais le génie de Saul Bass va changer cela. Ses génériques, très graphiques et modernes, marquent une rupture totale avec les habitudes de l'époque et font partie intégrante des films.

"Mon idée de départ était qu'un générique pouvait mettre dans l'ambiance et souligner la trame narrative du film pour évoquer l'histoire de manière métaphorique", souligne l'artiste. "Je voyais le générique comme une façon de conditionner le public de façon à ce que, lorsque le film commence, il ait déjà un écho émotionnel chez les spectateurs."

Une oeuvre avant-gardiste

Martin Scorsese, avec qui il a collaboré à 3 reprises ("Les affranchis", "Casino" et "Les nerfs à vif"), dit de lui : "Ses génériques ne sont pas de simples étiquettes sans imagination- comme c'est le cas de nombreux films- bien plus, ils font partie intégrante du film en tant que tel. Quand son travail apparaît à l'écran, le film lui-même commence vraiment."

En voici un exemple avec le générique de "Psychose", d'Alfred Hitchcock. 
Dans le domaine de l'affiche de film, Saul Bass a créé la même révolution. Il n'y fait figurer quasiment aucune photo de star, mais des symboles graphiques très forts qui résument à eux seuls l'univers du film. 
Otto Preminger est le premier réalisateur qui a été séduit par son travail. Les deux hommes collaborent pour la première fois en 1954 pour l'affiche de "Carmen Jones". Ils travailleront ensemble sur une dizaine de films, parmi lesquels "Autopsie d'un meurtre", "Exodus" et "Bonjour tristesse". 

De Preminger à Hitchcock

Sa collaboration la plus marquante reste sans doute celle avec Hitchcock, le maître du suspense, même s'ils n'ont travaillé ensemble que sur 3 films, "Vertigo", "La mort aux trousses" et "Psychose". Dans ce dernier film, Saul Bass serait d'ailleurs le véritable auteur de la scène du meurtre de l'héroïne sous la douche car il en a signé le storyboard qu'Hitchcock aurait intégralement repris en filmant. 
L'affiche de "Vertigo" d'Alfred Hitchcock par Saul Bass

L'affiche de "Vertigo" d'Alfred Hitchcock par Saul Bass

© Saul Bass/AP/SIPA


Au début des années 60, l'affiche et le générique de "West side story", de Robert Wise, créent aussi l'événement. Saul Bass a véritablement créé un nouveau langage cinémato-graphique, en deux mots !

L'affiche de "West side story" de Robert Wise par Saul Bass

L'affiche de "West side story" de Robert Wise par Saul Bass

© Saul Bass


Mais le 7eme art n'est pas le seul domaine dans lequel Saul Bass s'est illustré. Il a également signé le logo de nombreuses marques ou entreprises, comme Kleenex, Minolta, Quaker, Continental Airlines ou AT&T.

Logos signés Saul Bass

Logos signés Saul Bass

© Saul Bass

It's a Bass Bass World, Saul Bass, design graphique et cinéma à "La Fenêtre"
Jusqu'au 26 mars 2016
27 rue Frédérique Peyson, 34 000 Montpellier