Etienne Daho portrait

Etienne Daho

Dandy pop moderne issu de la scène rock rennaise, Etienne Daho monte pour la première fois sur scène au festival des Transmusicales en 1979. Encouragé par ses amis musiciens Marquis de Sade et Elli et Jacno des Stinky Toys, il renouvelle l'exploit. Son premier album produit par Jacno s'appelle "Mythomane", il sort en 1981 et ne ment pas sur son talent. Il s'installe l'année suivante à Paris, avec ses compagnons de jeu Arnold Turboust et Franck Darcel. Son titre "Le Grand Sommeil" romantique au point d'évoquer le suicide suite à une peine amoureuse est devenu un classique qui arrive pour la première fois dans les bacs à 45tours fin 1982. En 1984 son 33 tours "La Notte la notte" l'impose sur la scène française hexagonale. Avec son succès grandissant, son enfance algérienne participe à son mythe bien que sa discrétion et pudeur soient aussi de notoriété publique. Son tube "Tombé pour la France" frappe les esprits en 1985 et enclenche une Dahomania encore palpable, marquée par des albums pop-poétiques comme "Pop Satori" et "Eden". Sa musique ne s'épuise jamais, se fait plus sobre, ou vient s'adjoindre les services de voix comme Dani ou Charlotte Gainsbourg bien plus tard. Après son "Invitation" en 2007, un album hommage vient souligner l'impact de sa musique sur la scène française. En 2013 il revient après un souci de santé avec un album qui enchante ses fans, "Les chansons de l'innocence retrouvée".