Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Sélectionner votre ville

  • Aix-en-Provence
  • Dijon
  • Lyon
  • Reims
  • Amiens
  • Grenoble
  • Marseille
  • Rennes
  • Angers
  • Le Havre
  • Montpellier
  • Saint-Etienne
  • Bordeaux
  • Le Mans
  • Nantes
  • Strasbourg
  • Brest
  • Lille
  • Nice
  • Toulon
  • Clermont-Ferrand
  • Limoges
  • Paris
  • Toulouse

Rechercher une autre ville ou un département

Diaporama 5 photos, 1 videos
Par Laurence Houot

Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox

@LaurenceHouot

En images : Ionesco, Tzara, Cioran ... l’exil littéraire roumain en France

Publié le 23 Mars 2013 à 19H24
La littérature française du XXe siècle compte parmi ses figures les plus marquantes des auteurs d'origine roumaine, comme Ionesco, Tzara, Eliade ou Fondane. Retour sur cet exil littéraire en images.
  • 01 /06

    Tristan Tzara avec Louis Aragon et André Breton
    Tristan Tzara est né en 1869 en Roumanie. II émigre en Suisse où il fonde le mouvement dada, dont il rédige les manifestes, qui inspireront le mouvement surréaliste que Tzara rejoindra plus tard. Il s'installe en France en 1920. Ami des plus grands artistes du XXe siècle, Picabia, Arp  il s'est fait construire une maison à Paris par Adolf Loos. Il est mort en décembre 1963 à Paris. © The Art Archive/The Picture Desk/AFP

    Tristan Tzara est né en 1869 en Roumanie. II émigre en Suisse où il fonde le mouvement dada, dont il rédige les manifestes, qui inspireront le mouvement surréaliste que Tzara rejoindra plus tard. Il s'installe en France en 1920. Ami des plus grands artistes du XXe siècle, Picabia, Arp  il s'est fait construire une maison à Paris par Adolf Loos. Il est mort en décembre 1963 à Paris.
  • 02 /06

    Emile Cioran dans sa chambre à Paris le 10 juillet 1981
    Cioran, fils d'un pope orthodoxe,est né en avril 191 dans un village de Transylvanie . Il commence sa carrière d’auteur en  Roumanie, où il défend des idées proches du mouvement fasciste "Les légionnaires". En 1937 il vient en France. Il fait un long périple en vélo à travers le pays, s’essaie à la traduction en roumain des grands auteurs français avant de renoncer. Il se met à l’apprentissage du Français et en 1947 a une révélation de la langue française comme nécessité créatrice. Il écrira dans cette langue, deviendra le philosophe "sceptique et extravagant ", écrivant dans une très belle langue française, reconnu comme un "maître du style français. Il publie en 1973, "De l’inconvénient d’être né" dans lequel il développe ses idées sur l’absurdité de la condition humaine. "Cioran reste aujourd’hui un grand sujet de débat,  son phrasé, ses idées, font de lui un grand poète, un prophète de l’Europe", souligne le romancier Nicolae Breban, au salon du livre. Cioran est mort en 1995, de la maladie d’Alzheimer. © PASCAL PAVANI / AFP FRANCE

    Cioran, fils d'un pope orthodoxe,est né en avril 191 dans un village de Transylvanie . Il commence sa carrière d’auteur en  Roumanie, où il défend des idées proches du mouvement fasciste "Les légionnaires". En 1937 il vient en France. Il fait un long périple en vélo à travers le pays, s’essaie à la traduction en roumain des grands auteurs français avant de renoncer. Il se met à l’apprentissage du Français et en 1947 a une révélation de la langue française comme nécessité créatrice. Il écrira dans cette langue, deviendra le philosophe "sceptique et extravagant ", écrivant dans une très belle langue française, reconnu comme un "maître du style français. Il publie en 1973, "De l’inconvénient d’être né" dans lequel il développe ses idées sur l’absurdité de la condition humaine. "Cioran reste aujourd’hui un grand sujet de débat,  son phrasé, ses idées, font de lui un grand poète, un prophète de l’Europe", souligne le romancier Nicolae Breban, au salon du livre. Cioran est mort en 1995, de la maladie d’Alzheimer.
  • 03 /06

    Eugène Ionesco le 22 février 1971, nouvellement élu à l'Académie
    Eugène Ionesco est né en Roumanie en 1909 de père roumain et de mère française. En 1913, la famille émmigre à Paris,mais le père retourne en Roumanie en 1916 et abandonne sa femme et ses enfants, Eugène et sa soeur, qui grandissent avec leur mère. En 1925, les deux enfants retournent en Roumanie chez leur père où ils apprennent le Roumain. Ionesco revient en France définitivement en 1942 lorsque la Roumanie fait alliance avec Hitler. L'auteur de "La cantatrice chauve", connu surtout comme le dramaturge de l'absurde, a aussi écrit des romans et des nouvelles ou des essais. © STF/AFP

    Eugène Ionesco est né en Roumanie en 1909 de père roumain et de mère française. En 1913, la famille émmigre à Paris,mais le père retourne en Roumanie en 1916 et abandonne sa femme et ses enfants, Eugène et sa soeur, qui grandissent avec leur mère. En 1925, les deux enfants retournent en Roumanie chez leur père où ils apprennent le Roumain. Ionesco revient en France définitivement en 1942 lorsque la Roumanie fait alliance avec Hitler. L'auteur de "La cantatrice chauve", connu surtout comme le dramaturge de l'absurde, a aussi écrit des romans et des nouvelles ou des essais.
  • 04 /06

    Mircea Eliade
    Mircea Eliade est né en 1907 à Bucarest. A l’université roumaine, il est proche du mouvement nationaliste d’extrême droite  « Jeune Génération roumain » En 1928, il fait la connaissance d’Émile Cioran et Eugène Ionesco, c’est le début une longue amitié qui se poursuit par la suite en France. Il est mort en 1986 à Chicago. © ANDERSEN ULF/SIPA

    Mircea Eliade est né en 1907 à Bucarest. A l’université roumaine, il est proche du mouvement nationaliste d’extrême droite  « Jeune Génération roumain » En 1928, il fait la connaissance d’Émile Cioran et Eugène Ionesco, c’est le début une longue amitié qui se poursuit par la suite en France. Il est mort en 1986 à Chicago.
  • 05 /06

    Benjamin Fondane
    Benjamin Fondane est né à Iasi en 1898. ll arrive à Paris en 1923. Il y écrit sa première œuvre en français, "Exercice de français", publiée en 1925. Il rencontre Tristan Tzara et adhère au mouvement surréaliste. En mars 1944, il est arrêté par la police de Vichy. Ses amis parviennent à obtenir sa libération mais Benjamin Fondane décide de ne pas abandonner sa sœur Line. Il est envoyé au camp de Drancy, puis déporté à Auschwitz par le convoi 75 du 30 mai au départ de la gare de Bobigny. Il meurt en octobre dans les chambres à gaz. "Il faut lire Fondane, je vous en prie" dit le poète roumain Miron Kiporol, après avoir lu l'un de ses poèmes en langue roumaine, puis sa traduction, des larmes dans la voix, au Ssalon du livre. © B. Fundoianu - Benjamin Fondane / Wikimedia Commons

    Benjamin Fondane est né à Iasi en 1898. ll arrive à Paris en 1923. Il y écrit sa première œuvre en français, "Exercice de français", publiée en 1925. Il rencontre Tristan Tzara et adhère au mouvement surréaliste. En mars 1944, il est arrêté par la police de Vichy. Ses amis parviennent à obtenir sa libération mais Benjamin Fondane décide de ne pas abandonner sa sœur Line. Il est envoyé au camp de Drancy, puis déporté à Auschwitz par le convoi 75 du 30 mai au départ de la gare de Bobigny. Il meurt en octobre dans les chambres à gaz. "Il faut lire Fondane, je vous en prie" dit le poète roumain Miron Kiporol, après avoir lu l'un de ses poèmes en langue roumaine, puis sa traduction, des larmes dans la voix, au Ssalon du livre.
  • 06 /06

    Vintila Horia
    Vintila Horia est né en 1815. Il a reçu le prix Goncourt en 1960 pour "Dieu est né en exil". Au centre d’un scandale dénoncé par les communistes français, dont Sartre, il est acccusé d'avoir été pro-fasciste. Horia refuse son prix Nobel. "C'était une erreur due à un homonyme", explique Basarab Nicolescu au Salon du livre dans une conférence consacrée à l’exil roumain. Horia est mort en 1992. Journal du 30 novembre 1960