"Le Fils de l'autre" : frères ennemis en Israël

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 04/04/2012 à 17H19
Pascal Elbé et Emmanuelle Devos dans "Le Fils de l'autre" de Lorraine Levy

Pascal Elbé et Emmanuelle Devos dans "Le Fils de l'autre" de Lorraine Levy

© Haut et Court

De Lorraine Levy (France), avec : Emmanuelle Devos, Pascal Elbé, Jules Sitruk, Mehdi Dehbi - 1h45 - Sortie : 4 avril

Synopsis : Alors qu’il s’apprête à intégrer l’armée israélienne pour effectuer son service militaire, Joseph découvre qu’il n’est pas le fils biologique de ses parents et qu’il a été échangé à la naissance avec Yacine, l’enfant d’une famille palestinienne de Cisjordanie. La vie de ces deux familles est brutalement bouleversée par cette révélation qui les oblige à reconsidérer leurs identités respectives, leurs valeurs et leurs convictions.
 

De Lorraine Levy (France), avec : Emmanuelle Devos, Pascal Elbé, Jules Sitruk, Mehdi Dehbi - 1h45 - Sortie : 4 avril Lire la critique

Quesnoy et Groseille en Israël
La semaine dernière, « Le Policier », de l’Israélien Nadav Lapid auscultait la société israélienne de l’intérieur, et non sous l’angle habituel du conflit israélo-palestinien. Aujourd’hui, la Française Lorraine Levy construit une métaphore sur le conflit en mettant en perspective une famille israélienne et une autre palestinienne, dont des enfants ont été inter-changés à la naissance. Ce qui aurait pu tomber dans le pathos est sauvé par un script et une interprétation remarquable.

Ces Quesnoy et Groseille à l’hébraïque ne relèvent pas de la comédie, mais d’un drame qui condense le fond des rapports israélo-palestiniens au quotidien. S’il est vécu par les deux pères et deux mères qui découvrent que leur progéniture, qu’ils ont élevée depuis 15 ans, relève du « parti adverse », il est surtout vu du point de vue des enfants, Joseph et Yacine, objets d’une quête identitaire quand ils apprennent la nouvelle, et malgré eux, facteur d’un rapprochement intercommunautaire explosif.

Alchimie
L’angle d’approche du sujet privilégie celui de Joseph et Yacine et apporte la richesse du script. Joseph ne supporte pas devoir rompre avec la culture juive qui l’a formée et Yacine est confronté à un frère aîné qui le renie dès que ses origines juives sont révélées. Le rapprochement initié par la mère juive (formidable Emmanuelle Devos) ne se fera pas sans mal. Mais progressivement, discrètement la raison l’emporte.

Jules Sitruk et Mehdi Dehbi dans "Le Fils de l'autre" de Lorraine Levy

Jules Sitruk et Mehdi Dehbi dans "Le Fils de l'autre" de Lorraine Levy

© Haut et Court

Une alchimie semble à l’œuvre comme inéluctable, mais jamais prononcée. Elle s’incarne dans des actes : la venue d’une famille chez l’autre, l’initiative de Joseph de se rendre chez Yacine et inversement, les railleries que subissent l’un et l’autre lors des check point et qui renforcent leur conviction d’aller l’un vers l’autre, la prise de conscience de la stérilité des blocages idéologiques… Tout parle d’une histoire en marche, inéluctable, conduite par et pour la jeune génération.