VIDEO. Des mots: Jacques Higelin, Dieudonné Niangouna, Costa Gavras, Nicolas Philibert. LIVE: Higelin

Des mots de minuit
Par @desmotsdeminuit
Publié le 11/09/2016 à 14H20

La petite voix intérieure d'Higelin inspirée par un bouddha qui dit: "aime les!"; un petit homme enfermé dans la bibliothèque parce qu'il parle trop et sauvé du massacre parce qu'il est comédien; une pierre volée au Parthènon et un cinéma politique au sens noble du terme; une femelle orang-outang captive de 37 ans; un accordéon au bord du Larsen: on trouve tout dans cette remarquable conversation

Des mots de minuit : émission n°377 du 31 mars 2010.
Réalisation : Pierre Desfons 
Rédaction en chef : Rémy Roche
Production : Thérèse Lombard et Philippe Lefait
©desmotsdeminuit.fr/France2


CONVERSATION

Devant ce bouddha, la voix intérieure est venue et m'a dit: "qu'est-ce que je peux faire pour mes enfants? Qu'est-ce que je peux faire de mieux? Il y a eu un long silence et comme une petite voix intérieure m'a dit: "Aime les!" et ça m'a complètement bouleversé... Je suis resté encore longtemps et je n'ai entendu que ce petit mot: aime les!

Jacques Higelin. DMDM, 2010.
Jacques Higelin 

Jacques Higelin 

Le chanteur (nouvel album en octobre 2016) évoque ses enfants, sa carrière professionnelle, sa complicité avec Brigitte Fontaine.


C'était la dernière barricade quand on quittait la forêt après deux ans d'emprisonnement et de torture... Il était trois heures du matin. On nous a alignés et ils ont commencé à tirer. Autour de midi, un soldat, un vrai tueur d'hommes me fixait avec sa barbe hirsute... Il m'a dit: "toi!" et tout s'est écroulé en moi à la minute. Je n'entendais plus rien jusqu'à ce qu'on me secoue. Il m'a dit: "Tu es comédien? -Oui!" Il a chargé son arme Puis il a dit: "Il fallait le dire avant tout!" et il m'a libéré. J'ai pris le chemin, je ne sais même plus lequel. Il m'a rattrapé: "Je t'ai libéré parce que tu es comédien, alors tu restes comédien. Le jour où je te croise à Brazzaville et où tu n'es plus comédien, je te tue!"
Il m'a sacré comédien!

Dieudonné Niangouna. DMDM, 2010.
Dieudonné Niangouna et Pascal Contet

Dieudonné Niangouna et Pascal Contet

Le "comédien" parle de son expérience au Congo, lors de la guerre civile. Il a eu la vie sauve grâce à un militaire le connaissant: "tu es comédien, tu restes comédien!"
"Rien ne décrit mieux l'écriture de Dieudonné Niangouna que le nom de la compagnie de théâtre qu'il a fondée en 1997 avec son frère Criss : Les Bruits de la rue. Son œuvre littéraire se nourrit en effet de la rue, reposant sur un langage explosif et dévastateur, à l'image de la réalité congolaise. À ses compatriotes, comme à tous les spectateurs qu'il rencontre bien au-delà des frontières du Congo-Brazzaville, il propose un théâtre de l'urgence, inspiré d'un pays ravagé par des années de guerre civile et par les séquelles de la colonisation française. Un théâtre de l'immédiateté, dans une société où il faut résister pour survivre quand on est auteur et comédien. Un théâtre protéiforme qui fait appel à la langue française la plus classique comme à une langue populaire et poétique, nourrie de celle du grand écrivain congolais Sony Labou Tansi. Conscient de la triple nécessité pour le langage théâtral d'être à la fois écrit, dit et entendu, Dieudonné Niangouna se sert d'images et de formules empruntées à sa langue maternelle et orale, le lari, pour inventer un français enrichi et généreux, une « langue vivante pour les vivants » que l'on a déjà pu entendre à Avignon en 2007, quand Dieudonné Niangouna a fait résonner dans la nuit du Jardin de la rue de Mons son incroyable monologue : Attitude Clando." ©Festival Avignon

Il est accompagné dans son spectacle par l'accordéonniste Pascal Contet.

Cette dialectique entre l'instrument et les mots ... parce que nous partageons les déchirures que l'on a tous à l'intérieur. En ce qui me concerne, lorsque Dieudonné m'a montré son texte, je ne lui ai pas dit tout de suite mais on sent le rythme, on sent qu'on palpe quelque chose, une force. Et je sentais aussi une sorte de rage, je ne dirais pas une révolte mais, en tout cas, quelque chose de très engagé.

Pascal Contet. DMDM, 2010.
desmotsdeminuit.fr Dieudonné Niangouna objet 377
Dieudonné Niangouna a apporté comme "objet..." une boîte en peau de chèvre qu'il n'a jamais ouverte et qu'il a retrouvée dans le baluchon de sa grand-mère. Elle ne le quitte jamais. 

desmotsdeminuit.fr Pascal Contet objet 377
Pour Pascal Contet, "l'objet qui le prolonge" est la anche de l'accordéon qui correspond à la note plus aiguë, un ré bémol, très proche du son de l'effet Larsen... 

Aujourd'hui ça devient flou partout. On parle de mondialisation... l'économie, les relations avec les gens... et très souvent, on ne sait pas où donner de la tête. Il y a des gens très bien à droite et des gens pas bien du tout à gauche! Ça se mélange. Il est vrai qu'une certaine droite voit le monde d'une certaine manière, accepte le racisme d'une certaine manière même si ce n'est pas dit... acceptait le colonialisme... accepter sans accepter mais accepte dans le fond la pauvreté ou que les gens vivent d'une manière indigne. La gauche, en principe, c'est l'inverse... Je pense qu'avec l'âge et la sagesse -il rit- on découvre des gens tout à fait différents!
Costa Gavras. DMDM, 2010.

Costa-Gavras

Costa-Gavras

Pour le réalisateur dont les films sont une déclinaison des rapports au pouvoir et de leurs perversions exacerbés par la mondialisation, le cinéma n'a pas de tropisme politique (de gauche ou de droite): il est substantiellement politique, "dans le sens le plus noble du mot!" 
desmotsdeminuit.fr Costa-Gavras objet 377
"L'objet ...": Du marbre. De fait une pierre "piquée" au Parthénon lors d'une première visite avec ses parents en 1945. Elle le suit partout.  

On n'a pas besoin de prendre un thème ouvertement politique pour faire un cinéma politique... On peut faire un cinéma politique en parlant de petites choses du quotidien parce que le quotidien des gens, c'est la santé, l'école, la culture. Le cinéma politique n'est pas forcément celui qui va prendre fait et cause. 

Nicolas Philibert. DMDM, 2010.
Nicolas Philibert

Nicolas Philibert

Le documentariste est notamment l'auteur d'un film, "Nénette", un orang-outang. Il évoque la censure de ses  documentaires dans les années 1970 et 1980. C'est ainsi que "La voix de son maître" (co auteur Gérard Mordillat) a été censuré par la droite comme par la gauche.  
desmotsdeminuit.fr Nicolas Philibert objet 377
Son "objet": un "petit truc", une fève trouvée par un copain à l'accasion de la fêtedes rois: un orang-outan!


LIVE:
Jacques Higelin interprète "Crocodaïl" et "J'ai jamais su" de son album "Coup de foudre"

Jacques Higelin interprète "Crocodaïl" et "J'ai jamais su" de son album "Coup de foudre"


accès à la vidéothèque...