VIDEO. Lambert Wilson & Colette Berthes, Patrice Killoffer & Christine Ancel. LIVE: Hélène Couvert & Teofilo Chantre

Des mots de minuit
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 25/08/2016 à 22H19, publié le 25/08/2016 à 10H00

Quand la lutte pour l'abolition de la peine de mort, notamment aux États-Unis est un combat infini; quand le rapport à la terre du chanteur l'éloigne de la communauté des hommes; quand le dessinateur trouve dans la solitude l'étendue de son oeuvre; quand il s'agit d'animer la ville et la province et d'y faire sensations, quand la musique se fait Haydn à moins que ce ne soit sous les tropiques...

Des mots de minuit : émission n°35 du 14 juin 2000.
Réalisation : Pierre Desfons
Rédaction en chef : Rémy Roche
Production : Thérèse Lombard et Philippe Lefait
Journalistes : Dominique Derda
©desmotsdeminuit.fr/France2
 
MANIÈRES DE VOIR:

La plupart des condamnés à mort aux États-Unis sont pauvres, souvent illetrés, ils peuvent souffrir de retard mental. Donc, ils n'ont aucune chance de pouvoir s'en sortir... Les procureurs, les juges et les shérifs sont élus et ont intérêt à faire qu'il y ait de nombreuses condamnations à mort, surtout dans certains états. Aux USA, pendant les campagnes électorales, sur leurs panneaux, les juges et les procureurs mettent souvent le nombre de condamnations à mort qu'ils ont obtenues.

Colette Berthes. DMDM, 2000.
Coline Berthes 

Coline Berthes 

© FranceTélévisions

Elle se dit militante plutôt qu'activiste et revient sur un parcours qui l'a amenée à lutter contre les injustices: Mai 68, cause palestinienne et révision du procès d'Odell Barnes, un des nombreux condamnés à mort américains. Convaincue de son innocence, elle a monté un comité de soutien en France pour obtenir la révision de son procès. Mais il a été exécuté le 1er mars 2000. Aujourd'hui, elle se bat pour sa réhabilitation, et d'une façon plus large, contre la peine de mort aux Etats-Unis, et pour une meilleure application de la justice. Elle souligne le fait que les erreurs judicaires touchent surtout les pauvres et les noirs même si les empreintes génétiques permettent aujourd'hui, dans certains cas de les empêcher.

En 2012... "L'exil et les barbelés. essai"
En 2016... "La petite fille au ballon"

J'ai un rapport à la terre et à la nature très puissant. Il me fait souvent m'éloigner des hommes. J'aimerais bien parfois reculer à une époque où on avait moins de problèmes d'économie, de surpopulation, de social... Je pressens des choses qui m'inquiètent tout en me méfiant des passéistes ou du poujadisme. J'ai une vision presque mystique de la vie sur terre qui passe par un travail tout à fait personnel qui parfois me fait oublier la société au passage.

Lambert Wilson. DMDM, 2000.
Lambert Wilson

Lambert Wilson

Le comédien et chanteur parle de sa conception de la vie, de son métier. Il revient sur sa carrière, entre le théâtre, le cinéma, le chant, et des expériences théâtrales diverses. Il analyse ses choix professionnels et certaines de ses erreurs, l'évolution de son regard sur le métier, et ce qu'il a voulu faire dans les spectacles chantés

 
ÉTEIGNEZ VOS PORTABLES:

J'aime les gens moi aussi mais je trouve extrêmement dur de travailler avec d'autres. J'ai du mal à communiquer ce que je désire vraiment, en tout cas dans le dessin.

Killofer. DMDM, 2000.
Killofer

Killofer

Le dessinateur et scénariste de BD commente les dessins pour "Libération", "Euréka" et ses bandes dessinées. Il évoque sa participation à la "Carnavalcade" de Saint Denis. Son oeuvre originale regarde la décomposition des corps humains, les viscères, les bactéries et les vaches. 

 

On ne peut plus aujourd'hui à mon sens poser la problématique seulement en termes de photographie. Il y a la vidéo et les artistes travaillent avec l'image au sens large. J'ai en plus voulu élargir la proposition à la ville, Cahors blottie dans un creux du Lot. c'est la raison pour laquelle j'ai pensé à ce titre, "Sensitive", un adjectif qui signifie la transmission des sensations; C'est aussi une espèce de mimosa un peu particulière qui se rétracte quand on la touche.

Chistine Ancel. DMDM, 2000.
Christine Ancel 

Christine Ancel 

La commissaire de l'exposition au Festival "Le Printemps de Cahors, Sensitive"  évoque notamment  les oeuvres de Michel Blazy ou de Fabrice Hyber

 
Teofilo Chantre interprète "Tchoro quemode" accompagné par son orchestre puis "Roda Vida".

Teofilo Chantre interprète "Tchoro quemode" accompagné par son orchestre puis "Roda Vida".

Teofilo Chantre sur Facebook