Des mots: Richard Ford, Mathieu Riboulet, Sophia Aram, Jean-Louis Fournier. Musique: Herman Düne, Lise de la Salle

Des mots de minuit
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 25/09/2017 à 16H29, publié le 24/09/2017 à 12H00

Quand un romancier américain de grand calibre désespère de la petitesse de son président; quand un auteur français puise à la source des points de bascule douloureux de l'existence; quand l'humour est un art martial de la défense et du contrôle; quand le handicap fait doublement irruption dans une vie de couple et de famille et qu'il fait écrire pour l'entendre; quand ça musique, c'est DMDM!

Des mots de minuit : émission N°317 du 24 septembre 2008.
Réalisation: Guy Saguez
Rédaction en chef : Rémy Roche
Production: Thérèse Lombard et Philippe Lefait
©desmotsdeminuit.fr/France2


CONVERSATION:

Bush est un imbécile! C'est pour cela que je suis dur avec lui parce qu'il a pratiquement détruit le pays à partir des années 2000... Si on élit un petit bonhomme comme président , il va emmener le pays au désastre et c'est exactement ce qui s'est passé. Je suis désolé pour les États-Unis parce que j'aime beaucoup mon pays... Dans un roman politique, et celui-ci l'est probablement, il s'agit de montrer la relation entre la vie publique et la vie privée et de dire que toutes les manifestations privées sont déterminées, encadrées par les manifestations publiques.

Richard Ford. DMDM, 2008.
Richard Ford

Richard Ford

Le romancier américain dont l'œuvre explore ces moments de l'intime qui font basculer une vie, publie "État des lieux". Il évoque les thèmes de ses romans et ses méthodes de travail. Il dénonce par ailleurs la politique du président américain George W. Bush et des années de spéculation immobilière effrénée.  
Son stylo.

Son stylo.

"L'objet qui le prolonge..." Son stylo: "cette petite chose qui reflète la banalité du travail de l'écrivain". À noter que sa compagne est la première lectrice de tous ses textes.
 

Il est particulièrement intéressant de creuser la dimension malheureuse de la vie parce que c'est une espèce de source complètement inépuisable pour s'approcher au plus près des mécanismes qui font que l'on parvient ou pas à mener son existence.

Mathieu Riboulet. DMDM, 2008.
Mathieu Riboulet

Mathieu Riboulet

Le romancier a réalisé pendant une dizaine d’années des films de fiction et des documentaires autoproduits en vidéo, avant de se consacrer à l’écriture. Il vit et travaille à Paris et dans la Creuse où il a des attaches familiales et un calme qui lui permet d'écrire. Il signe aux Éditions Verdier un roman, "L'amant des morts", dont le thème principal est le malheur.

Moi, je ne me rendais pas compte que j'étais beur. J'étais une fille... C'est quand je suis arrivée au lycée, que je me suis rendu compte qu'il y avait plus d'enfants de médecins que d'enfants d'ouvriers qu'il m'a fallu exister. Ce complexe a fait que je me suis mise à lire, à aller au cinéma voir des films d'auteurs. Il y avait une envie d'en être, une envie de faire partie d'un monde qui n'était pas le mien... Et puis, le cynisme, ça aide à vivre tellement de choses.

Sophia Aram. DMDM, 2008.
Sophia Aram

Sophia Aram

L'humoriste évoque son parcours -elle était été pendant quatre ans pionne dans un établissement d'une ZEP-, ses débuts au théâtre et dans l'improvisation à Trappes, son spectacle "Du plomb dans la tête".
Ses lunettes.

Ses lunettes.

"L'objet..." Elle porte des lentilles et ses lunettes ("des culs de bouteille") qu'elle porte chez elle symbolisent le repos. Elle en a porté dès l'âge de trois ans, ce qui lui a valu de passer à l'école pour l'intellectuelle. Par ailleurs, bonne élève: son placement au premier rang pour mieux voir en a fait "quelqu'un de sérieux" (sic!).
 

Je prétends que les enfants handicapés ne voient de toute leur que des visages de gens tristes. Ils ouvrent les yeux, ils voient les parents qui se penchent et qui font "Ah! Oh, la la!". À six mois, quand on leur donne à manger de la crème au chocolat et qu'ils mettent leur cuillère dans leurs oreilles ou dans leurs yeux, si c'est un gosse normal, tout le monde rit! Si c'est un gosse handicapé, c'est le contraire. On l'emmène pour le nettoyer. Et puis après, ça va continuer. Ils font des bêtises. Ils sont très forts en bêtises, en folies géniales. Et bien, personne ne rit quand ce sont des enfants handicapés... Je prétends qu'il faut laisser le luxe de nous faire rire à ces enfants-là. Je l'ai fait pour les miens.

Jean-Louis Fournier. DMDM, 2008.
Jean-Louis Fournier

Jean-Louis Fournier

L'humoriste et romancier, ancien complice de Desproges, présente son texte "Où on va papa?" (Prix Fémina) dans lequel il évoque, entre émoi et fausse distance amusée, le handicap lourd de ses deux enfants aînés.


MUSIQUE:
Herman Düne

Herman Düne

Le groupe (le duo fraternel et Ben à la basse et aux chœurs) chante "My house is nowhere without you"  et "Try to think about me".

Lise de La Salle

Lise de La Salle

La pianiste interprète "Nocturne posthume" de Frédéric Chopin.


Accès à la vidéothèque... 

 DMDM, L'Émission... 

 nous écrire, s'abonner à la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit