EMISSION. Blanca Li et Michel del Castillo : elle danse et flamboie, il écrit pour ne pas oublier la trahison d'un père

Des mots de minuit
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 05/04/2015 à 12H00, publié le 05/04/2015 à 12H02

Francisco Paulino Hermenegildo Teódulo Franco y Bahamonde dit Franco (c'est long le nom d'un dictateur!) plane sur cette émission. Il fait écho dans l'enfance de Blanca Li et traumatise la vie de Michel del Castillo, de maison de redressement en camp d'internement. Elle a choisi la danse. Lui, la littérature pour exorciser la dénonciation d'un père. Elle flamboie quand il reste pessimiste...

Des mots de minuit #5 : 6 octobre 1999
Réalisation: Jean-François Gauthier
Rédaction en chef : Rémy Roche
Production : Thérèse Lombard et Philippe Lefait
©desmotsdeminuit/France 2

"MANIERES DE VOIR"
Blanca Li #5
La chorégraphe espagnole Blanca Li. Enfance en Espagne à la fin du régime Franquiste. Une famille amoureuse des arts. Etudes de danse à New York. Un bar en Espagne. Débuts à Paris où elle monte un cabaret. Fonde ensuite sa compagnie et son propre studio de danse. Premières oeuvres :  "Nana et Lila" 1993, "Salomé" 1995, "Stress-Pète pas les plombs" 1997, "Daft Punk" 1997, "Songe du Minotaure" 1998, "Macadam Macadam" 1999, "Les Indes galantes" 1999.
Michel del Castillo
L'écrivain Michel del Castillo. Victime du Franquisme. Trahison du père. Camps d'internement et maisons de redressement. Pense l'homme essentiellement mauvais, potentiellement tortionnaire. Se persuade de sa culpabilité pour expliquer la violence de ses parents envers lui. Evoque Colette ("Colette une certaine France").  Affection singulière pour la langue française, langue de liberté quand l'espagnol est associé à la dictature. Dit Il écrire pour échapper à la mort et redimensionner la conscience.
Emission 5 chanson Chili
Mariana Montalvo, chanteuse chilienne, interprète "Nacer en algun lugar", une adaptation de "Etre né quelque part de Maxime Le Forestier.


"ETEIGNEZ VOS PORTABLES"

Benjamin Drai (magazine "Rap")  présente la nouvelle génération du rap, avec des artistes comme Pit Baccardi.

Gérard Lefort (Libération et France-Inter) pour un album, "Sublimes", de la photographe Françoise Huguier dont il présente également "Sur les traces de l'Afrique fantôme".

Jean-Pierre Léonardini (L'humanité) détaille une nouvelle mise en scène de "En attendant Godot" de Samuel Beckett, par Luc Bondy.
Lili Boniche
Lili Boniche  joue "Il n'y a qu'un seul dieu" et "Ana el owerka", le générique de l'émission.

accès à la vidéothèque...
La page facebook des mots de minuit, une suite…  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@DesMotsDeMinuit