Albert Cossery et Olivier Py: "Mendiants et orgueilleux! Emission 28. 2000.

Philippe Lefait
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 18/07/2014 à 08H27, publié le 03/07/2014 à 20H00
illustration émission été 1

"des mots, l'été..." Ces quelques semaines sont, pour nous, une occasion de penser et de concevoir une "bibliothèque idéale". De vous proposer quelques-unes des émissions qui ont jalonné vingt ans d'un magazine culturel exigeant qui s'est d'abord appelé "Le cercle de minuit". Cet appel à la mémoire... parce que nous pensons que le numérique n'est pas seulement cette immédiateté...

"Pour moi, les apparitions d'Albert Cossery aux terrasses des cafés était comme un calendrier des saisons..." dit Roger Grenier en 2013 dans la préface d'une réédition d'un texte d'Albert Cossery. Les cafés sont ceux de Saint-Germain, là où vivait chichement l'écrivain né en Egypte. Dans les dernières années de sa vie, il avait perdu sa voix et en 2000, quand il est avec Olivier Py, l'invité de l'émission (#28), c'est Joëlle Losfeld, son éditrice qui traduit le faible son de sa parole. Il y a dans cette rencontre un moment de télévision quand l'auteur de Mendiants et orgueilleux décline les mots que lui propose son amie. Il me demande alors une feuille pour écrire sa vision du monde. Dans cet impromptu s'élabore une autre temporalité de la lucarne.     
Olivier Py affirme ici qu'un homme est changé par les paroles. Ce qu'il continue d'avancer aujourd'hui à  Avignon en 2014 alors que la question de l'intermittence oppose les ouvriers du spectacle, techniciens ou comédiens et qu'il essaye de convaincre que sa priorité absolue reste de faire donner sur scène les mots. Son désir d'offrir le théâtre, qu'il invite, écrit, met en scène ou propose aujourd'hui à la tête d'un festival est intact... 
La page facebook des mots de minuit, une suite…  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@DesMotsDeMinuit