Théâtre: "La Ville", de Martin Crimp, le délitement intérieur.

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/12/2014 à 17H56, publié le 09/12/2014 à 17H45
La Ville3 dmdm © Elisabeth Carecchio

Dans le foyer de Clair et de Christopher, tout se délite, situations personnelles et professionnelles sont en décalage, ils ne parviendront jamais à se rejoindre réellement. Incommunicabilité, problème de considération de l’autre et son regard, reflet de l’échec. Chacun tente de survivre à sa manière. Entretien avec le metteur en scène, Rémy Barché.

Clair, ombre de Martin Crimp, essaye d’écrire et installe autour d’elle sa ville imaginaire, source de son inspiration, qu’elle seule peut maîtriser. Son mari Christopher, il essaye en vain de se trouver et de regagner une dignité perdue, une existence indépendante.
Le manque de communication, l’incompréhension de l’autre et son isolement, sont parfaitement illustrés à travers la mise en scène de Rémy Barché. Les scènes s’enchaînent et les personnages se vident de leurs marqueurs identitaires. À mesure que le temps défile, l’absurdité apparaît et écrase le besoin de fixer des limites, des normes. Le bien et le mal se confondent, la bienséance disparaît et fiction et réalité s’entremêlent. De plus, le décor simple et épuré, parfois clinique, renforce la perte de repères et place le spectateur dans une position de suspens et de réflexion active. Plus rien n’est établi, zones de conforts et émotions s’envolent pour nous plonger au cœur de ce chantier humain et déstabilisant.
La Ville1 dmdm © Elisabeth Carecchio
Un manque de sens et de cohésion, un syndrome, incarnés à la perfection par de brillants comédiens, excellents chacun dans leur registre. Marion Barché la fausse calme évanescente et inspirée, Alexandre Pallu le mari transparent et délaissé, Myrtille Bordier, leur petite fille effrayante et enfin la fascinante et inquiétante Louise Dupuis, une voisine atypique et colorée. Un beau panel de personnages qui nous interroge sur notre incarnation dans la vie et notre rapport au monde.

Entretien de Savannah Macé avec Rémy Barché, le metteur en scène de la pièce.
La Ville, texte de Martin Crimp, mise en scène Rémy Barché.
Paris - Théâtre de la Colline, jusqu'au 20 décembre 2014.
La page facebook des mots de minuit, une suite…  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@desmotsdeminuit