Pierre Rigal: lorsque l’homme s’est relevé

Des mots de minuit
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 28/07/2014 à 22H30, publié le 15/01/2014 à 00H00
Pierre Rigal (1)

Théâtre, chorégraphie et lumières. Pierre Rigal, il du levant.

D’emblée, on le sait, il va tout faire pour y arriver, puisque d’abord allongé, il est déjà agité de soubresauts. C’est un combat qu’il engage, contre la gravité, contre lui-même. Il ne manquera ni de bravoure ni d’audace, jamais découragé par ses maladresses et ses échecs. Il se traine, rampe, roule, puis sautille, maintenant accroupi, se trompe encore en érigeant son corps à l’envers. Quelques centaines de millénaires en 45 minutes, ça y estErec.Photo6.PierreRigal.300dpivoici l’Homo Erectus qui fête sa victoire et sa liberté dans un ballet stroboscopique hallucinant.

Entre odyssée de l’espèce et conte philosophique, une chorégraphie électrique qui est le contraire d’un traité de paléontologie. Des nappes sonores assourdissantes inquiètent ;  la lumière projetée au sol, noire, blanche, bleue, rouge, jaune, verte, délimite au millimètre le terrain de l’épreuve, le danseur s’y risque, s’y brûle avant de la dominer et d’en jouer dans une succession de tableaux de body lighting. Pierre Rigal -qui danse- et Aurélien Bory -qui met en scène- ont conçu Érection il y a10 ans, le spectacle n’a pas pris une ride.


Érection  Paris – Théâtre du Rond-Point – jusqu’au 1er février

avant que j'oublieA voir également au Théâtre du Rond-Point "Avant que j’oublie", troublante proposition théâtrale de la comédienne belge Vanessa Van Durme qui met en abime son réel choix transsexuel en le confrontant avec une imaginaire conversation avec sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer. Oui, troublant. En tout cas une performance troublante.
photos: © Pierre Rigal

Tous les articles Sortir

La page facebook des mots de minuit, une suite…  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@desmotsdeminuit