De Givet à Ascain, des Ardennes à l'Espagne, de la génétique au bon usage de la marche... Rencontre avec Axel Kahn.

Philippe Lefait
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 09/05/2014 à 22H59, publié le 11/04/2014 à 18H35
Axel  Kahn © Leila Marchand

Sécession, patriotique, humain, urine: quelques mots qui articulent notre rencontre avec le généticien et le randonneur. Habitué des terres messines, cet homme a une aisance de récit exceptionnelle... et bienvenue au festival Littérature & Journalisme qui réfléchit cette année à l'Europe...

Pensées en chemin MA FRANCE, DES ARDENNES AU PAYS BASQUE.

Publié chez Stock, Axel Kahn cherchait l'occasion d'un ailleurs. Vie de ville, trop pleine, de recherches, de responsabilités à la tête d'une université, de livres à écrire, d'urgences citadines, d'honneurs et de sollicitations, d'engagement politique infructueux. En vieil habitué des chemins -un scout a de la mémoire-, à la recherche d'une beauté qui pour lui fonde le rapport des humains, à la découverte de femmes et d'hommes dont certains font "sécession", de paysages qui disent la déchéance industrielle ou la richesse des potentiels et des énergies, Axel Kahn a marché du nord au sud pour simplement éprouver... et partager. Il n'aura jamais été aussi actif sur les réseaux sociaux! Sa concession à la modernité, avec un téléchargement de La recherche. Il dit ne jamais s'ennuyer.
De ce rapport au temps et à l'espace singulier, de cette madeleine pédestre et en short de bien des semaines,  il tire un essai épatant , presque trop riche de sa réflexion qui galope. Mais chacun pourra y trouver son miel.

Avant de choisir de partir, son père Jean Kahn lui avait demandé d'être "raisonnable et humain". La poussière des chemins lui autorise cette vertu...