LITTERATURE&JOURNALISME à Metz. Philippe Vasset tombe bien. Il est ecrivain et journaliste....

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/05/2014 à 16H28, publié le 14/04/2014 à 14H18
Philippe Vasset

Philippe Vasset

© Leila Marchand

"Ils feront de la ville un infini murmurant. Et la langue elle-même deviendra paysage" écrit Philippe Vasset dans "La conjuration" roman publié à l'automne chez Fayard. Cet encore jeune homme de 42 ans floute ses mots sur des espaces laissés en blanc sur les cartes IGN.

Ses "héros", marchands de canons ou prédatrice diaristes, exilé créateur de secte, sont à mi ville, à mi lieu, au mi tan. En quête de leur vie.

Ce confrère -à qui wikipedia attribue des diplômes en géographie, philosophie et relations internationales- a une vie professionnelle singulière. Il dirige Intelligence Online, revue spécialisée dont 9 abonnés sur 10 vivent et travaillent à l'étranger. Ce dont elle parle -la transparence coûte que coûte pour les besoins du pays ou de l'économie- intérèsse tous les "espions" des temps modernes.
Sinon, l'écrivain est en délicatesse avec la maréchaussée ferroviaire tant les endroits improbables -on y donnait des raves dans les années 90- qui décorent ses textes (Un livre blanc notamment) longent en général les voies ferrées. Ne dites pas "friches". Il préfère "lieux".  Les réactions qui ont accompagné la sortie de La conjuration l'ont surpris. Elles ont été diamétralement opposées. "Remarquable!" "Sans intérêt!".

Bonne raison d'aller y voir. Il se dit chez cette génération d'écrivains une société du flou et des espaces blancs laissés sur les cartes de l'Institut Géographique National qui laissent les êtres en suspens.