Les Carnets d'ailleurs de Marco & Paula #110: "Allez, circulez!"

Par @desmotsdeminuit
Publié le 26/04/2017 à 18H01
Nomad's 110 1 © Shutterstock

Sans livre ni chapeau, Paula est partie voter.

Dimanche, jour de vote, je suis partie une première fois au Consulat mais la queue sous le soleil de midi était trop longue et je n'avais pris ni livre ni chapeau. Je voyais bien mes coreligionnaires blancs fondre dans leurs shorts et sandales. Pour moi qui ai fréquenté trop de pays où voter peut vouloir dire mourir, le droit de vote est sacré, aussi je portais une belle robe. Les Ivoiriens, si soucieux de toujours porter la tenue adaptée aux circonstances, devaient les regarder surpris, ou blasés. Deux heures plus tard, j’y retournais sachant que les gens bien installés seraient à table. Effectivement, j'ai pu voter en 10 mn.  Il y avait 6 bureaux disponibles dans le consulat mais celui-ci était le seul bureau de vote du pays. Résidents du Nord ou de l'Est, à plus de 8h de route, circulez!
Nomad's 110 2

© La Libre.be

J'ai bien noté dans la cour l'absence d'affiche pour la candidate Nº2. Plus tard, j'ai appris que tous les bureaux de vote des Français de l'étranger en étaient dépourvus. Le Front National n'a tout simplement pas envoyé à temps ses affiches au Ministère des Affaires étrangères, ce qui trahit des lacunes certaines en logistique. Il n'y avait donc aucune malice dans ce panneau vide; complotistes de tout bord, circulez !

J'avais proposé mes services pour le dépouillement, comme à chaque élection à laquelle je peux participer physiquement. A 19h précises, j'étais donc de retour dans les lieux; le décalage horaire de deux heures avec Paris nous enlevait tout stress, la France n'était pas suspendue à nos résultats. Pendant que certains comptaient les votants, préambule au dépouillement, mes collègues scrutateurs bavardaient. Très rapidement les uns et les autres vantaient leurs bonnes affaires immobilières à l'est de la capitale. Je n'avais rien à dire. Vous qui ne pouvez ou tout simplement ne voulez pas construire un bungalow de rêve entre mer et lagune, circulez!
 
Informée des premières tendances en métropole, je pensais  savoir à quoi ressemblerait la feuille que je devais remplir en fin d'exercice. Les lignes Macron et Le Pen pleines de bâtonnets. Et bien non! Les Français de Côte d'Ivoire sont d’abord fillonistes, puis – mais nettement derrière –  macronistes et mélanchonistes. Les autres sont accessoires. Français rebutés par quelques affaires ou effrayés par  l'étrangeté, circulez!
Nomad's 110 3

© Viviane Forger Fortaillier
Marco avait trouvé son Ivoirien nouveau (chronique #107), alors j'ai cherché l'Ivoirienne version 4.0. J'ai crû la trouver dans un "beau livre" intitulé  "Ivoiriennes aujourd'hui". Sur une double page apparaissaient les portraits de quelques ivoiriennes remarquables: la première médecin, une députée… des modernes, mais la centaine de pages était consacrée aux femmes des différentes ethnies du pays, sublimées dans des postures si traditionnelles que j'ai conclu que l'ouvrage était périmé. En effet, il datait de 2007, quand l'émergence n'était pas encore à la mode,  et il annonçait présenter les "mères, filles, sœurs et épouses de Côte d’Ivoire". Femmes modernes, indépendantes et autonomes, circulez !
 
 La semaine passée, pendant que Marco recensait les détritus sur la plage (chronique #109), je bavardais avec Jenny, Alex et Nadia, nos voisines de bungalow. Jenny, chorégraphe haïtienne qui vit depuis une quinzaine d'années en Côte d'Ivoire, se remettait du spectacle de danse qu'elle avait présenté la veille à Abidjan, et allait re-présenter la semaine suivante. Vendredi, nous sommes donc allés la retrouver au Goethe Institut. La scène était dans la cour. L'air était frais, les chaises pas plus inconfortables que partout ailleurs et l'ambiance paisible. Les danseurs achevaient de s'échauffer sur la scène. Je les voyais concentrés, à peine troublés par l'arrivée du public même s'ils nous regardaient pour estimer notre nombre, notre bienveillance ou notre allure  parmi nous se trouverait-il le sésame pour une tournée régionale? Las! alors que la scène venait de se vider et que des modifications d'éclairage annonçait le début du spectacle, tout s'est éteint: son, lumière et bavardage des spectateurs. Après une dizaine de minute dans le noir – réel et symbolique ! – nous avons appris que le groupe électrogène sur lequel était branché l'Institut depuis le début de l'après-midi menaçait d'expirer, à nos risques et péril. Amateurs de spectacles éclairés, circulez!
 
 
 Tout Nomad's land
 

 

 nous écrire: desmotsdeminuit@francetv.fr

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit