François Dagognet 1924-2015 : "D'extrême gauche? Par certains côtés, oui!"

Philippe Lefait
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 09/10/2015 à 01H33, publié le 08/10/2015 à 20H00

Savant, parfaite incarnation de l'ascenseur social, François Dagognet était né modeste. Le secondaire ne se souvient pas de lui mais il accumule à partir de 1949 agrégation de philosophie, doctorat de médecine et... solides bases de neuropsychologie, de médecine légale, de pétrologie, de chimie. Voici ses mots de minuit : "J'ai la prétention d'être un objetologue" (rires) Une leçon? non, un régal!

Des mots de minuit. 28 février 2007.

Le poil blanc et dressé, soucieux que son misérable stylo n'ait plus recharge à sa convenance, faisant rire son parterre, le professeur et docteur Dagognet estime qu'un philosophe ne peut pas tourner à droite.
Il a consulté (notamment en prison) et enseigné à Lyon et à Paris; écrit, simplement, des rangées de livres.
Il n'épuisera donc pas ce soir d'hiver 2007 son sujet. Il raconte, se promène et nous emmène dans quelques-uns de ses retours d'expérience. Début des années 50 quand l'apparition des psychotropes et des antibiotiques asséchent les délires, évacuent la convulsothérapie (les électrochocs) et redonnent aux patients et au médecins la possibilité de la parole et de l'échange; quand "l'objet médicament entre dans le sujet pour sa rédemption".
Pour l'épistémologue, adepte des classements tous azimuts et subtil héritier de Canguilhem et de Bachelard dont le "feu" l'a nourri, on n'a plus le droit d'opposer l'objet et le sujet. La chose qui dit l'humain est au coeur de sa réflexion, qu'elle soit or, graisse, caillou, ordures ménagères ou cadavres. Ils "parlent beaucoup" et sont "porteurs d'une foule d'informations", une fois passée l'horreur...
François Dagognet signait cette année-là "Philosophie du transfert" pour expliquer que le déplacement est l'opérateur le plus métamorphosant et que d'ici à là se crée forcément une plus-value, qu'il s'agisse de transport, de football ou de psychanalyse...

Dagognet DMDM 2007

Pour ses stylos, François Dagognet avait besoin d'une plume, ni trop sèche, ni trop molle; une plume qui facilite la trajectoire de l'écrivain.

Dans cette émission il était entouré de l'auteure albanaise Ornela Vorpsi, de l'éducateur et écrivain malien Aboubacar Eros Sissoko et du musicien de jazz Kyle Eastwood.  

François Dagognet est mort à Avallon en octobre 2015. 


La mémoire desmotsdeminuit...


La page facebook de Des Mots de Minuit. Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@desmotsdeminuit

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !