Claude Parent (1923-2016) : "Se mettre en marche demande beaucoup de courage!"

Philippe Lefait
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 01/03/2016 à 22H49, publié le 01/03/2016 à 22H42

Un architecte qui trouve la vie inquiétante, qui cherche dans l'utopie ou chez l'autre les bouts de chemin qui font les qualités de vie ou d'habitat. Et puis quelques goûts de luxe et des signatures architecturales dans toute la France. On lui doit "la fin de la verticale comme axe d’élévation, la fin de l’horizontale comme plan permanent, ceci au bénéfice de l’axe oblique et du plan incliné".

  • Extrait de l'émission Des mots de minuit N°370 du 10 février 2010.

  • Réalisation : Pierre Desfons
    Rédaction en chef : Rémy Roche
    Production : Thérèse Lombard et Philippe Lefait
    ©desmotsdeminuit.fr/France2
  •  
  •  
  • L'architecte Claude Parent évoque tout en humour sa conception de l'architecture, de l'utopie qui l'a toujours guidée, de son goût pour l'oblique et de ses réalisations. Une exposion lui est consacée à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris. Il était l'invité de cette émission aux côtés des romancières Camille Laurens ("Romance nerveuse") et Dominique Manotti ("Bien connu des services de police") et du psychanalyste Roland Gori, à l'origine de "L'appel des appels" pour remettre l'humain au coeur de tous les débats, dénoncer l'idéologie productiviste qui gangrène les métiers des arts et de la culture. 

Claude Parent n’était pas un «père» de l’architecture, plutôt «un oncle» dont on ne pouvait qu’admirer l’intelligence, la brillance mais également l’élégance, cette allure courant de ses costumes parfaitement coupés à ses rutilantes voitures de luxe.

Liberation, 28 février 2016.

 


La mémoire desmotsdeminuit...

La page facebook Des Mots de Minuit. Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@desmotsdeminuit