Le laboratoire de Lumière. Semaine 31

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/11/2014 à 21H41, publié le 19/11/2014 à 01H00
feu 88888 © HB

J'ai failli perdre mon sens de l'humour...

La création d'une entreprise reste un véritable combat contre la paperasse. Celui qui s'est frotté à ça, croule en général sous une tonne de papiers, qu'il faut classer, dupliquer, reclasser, archiver et stocker pendant des années. La société numérique dans laquelle nous vivons n'a absolument rien changé à cela. Il faut conserver les mails, scanner les documents papiers que tous les organismes présents "à vos cotés" fournissent en veux-tu, en voilà! Les interlocuteurs sont multiples, ne connaissent pas toujours les secrets et les rouages de l'ensemble de la machinerie administrative, et lors d'un entretien, pour mettre au point votre propre organisation, vous êtes sûr de repartir avec un document-papier.
Chaque organisation a ses codes, ses numéros, sa couleur de papier. En général, ça aide pour le classement. Chaque entrepreneur doit ensuite classer ses différents documents avec ses propres codes: classeurs, pochettes, chemises, sous-chemises, intercalaires de différentes couleurs, etc… L'informatique double ce travail avec des dossiers contenant des sous-dossiers qui sont en général placés dans une rubrique que l'entrepreneur a lui-même renommer avec son propre vocabulaire. Mais attention au bug informatique.
S32222 © HB
Dans son film Brazil, Terry Gilliam nous raconte les aventures délirantes du fonctionnaire Sam Lowry (interprété par Jonathan Pryce) victime d'un dérèglement informatique dans une société future pas si loin de la nôtre. Le héros en fait les frais dans son travail, mais aussi dans son quotidien lors d'un dérèglement du système de climatisation de son logement entièrement envahi par la domotique. Sam Lowry se retrouve confronté  à deux techniciens pointilleux qui lui réclament un formulaire, du type XB-22-347-A, pour avoir accès à son appartement. Un escroc, Harry Tuttle, vient lui prêter main forte sous les traits d'un plombier magistralement interprété par Robert de Niro. Celui-ci a décidé d'exercer son métier, en se passant de la lourde paperasse imposée par l'administration qui régit cette société. Il a lui-même été victime de ce fameux document XB-22-347-A lorsqu'il travaillait officiellement. Une scène très métaphorique montre la mort du petit entrepreneur: dans un lieu public, Harry Tuttle rencontre un homme qui prononce le nom de ce fameux document, il se met à bégayer en répétant le code de ce document qui a visiblement mit fin à ses activités légales et disparaît sous une tempête de papier venus d'on ne sait où.

Métaphorique, faut le dire vite!

LLL. Semaine 31

Voir tous les "Laboratoire de Lumière"

La page facebook des mots de minuit, une suite…  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@DesMotsDeMinuit