"Une bergère contre vents et marées", épisode 11: Les prémices du printemps

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/04/2017 à 15H15, publié le 06/04/2017 à 21H32
Bergère 12 1 © Claude Hubert

Le printemps est cette étrange transition pleine de grâce et de promesses: douceur des températures, diminution de la pluviométrie et des tempêtes, pousse de l’herbe. Pour autant, les bergers ne sont pas tirés d’affaire!

L’herbe croît certes, mais très lentement, à peine une pointe de verdillon, et les brebis ont un appétit monstrueux! Elles sortent d’un hiver enfermées à manger du foin et elles rêvent d’une végétation verte et fraîche. Sentir le réveil de la nature les rend folles. Elles ont besoin de reprendre des forces car elles sont en pic de lactation, et leurs agneaux ont cet incroyable appétit des ados en pleine croissance. Tout le monde a une faim de loup et dévore l’herbe plus vite qu’elle ne pousse.
Bergère 12 2 © Claude Hubert
Mais mon élevage sur les prés salés est tributaire des mouvements de la mer, et le printemps est la période des marées d’équinoxe. Une semaine sur deux, une grande marée oblige à retirer le troupeau pour le mettre sur des prairies qui ne seront pas recouvertes par la mer. Mais ces herbages-là sont vite dévorés, et les brebis piétinent avec mépris le foin ou les céréales qu’on leur propose, de vraies furies!
Elles redoublent d’inventivité pour s’échapper afin d’aller grappiller de l’herbe dans les talus, les champs des agriculteurs ou les jardins des voisins. Elles bondissent au-dessus des clôtures, les soulèvent ou bien les décrochent de leur poteaux, elles font des trous dans le grillage, traversent des buissons d’épines, des fossés, des rivières!
Bergère 12 3 © Claude Hubert
Cinq fois par jour, il faut aller les récupérer dans un endroit où elles ne devraient pas être, sous leurs bêlements indignés!
Bergère 12 8

© Carl Falaise
Une grande partie du travail de l’éleveur consiste en une surveillance permanente, tout en mesurant la pousse de l’herbe, et la suppliant d’accélérer! Le risque si les brebis ne trouvent pas leur compte, c’est qu’elles se tarissent et que cela stoppe la croissance de leurs agneaux. Sevrés trop jeunes, ils resteront alors malingres et mal foutus, jamais vendables.
Pour moi, le printemps est aussi le moment d’une nouvelle vague de naissances, issues de mon second troupeau, que je mène en décalé. Ce troupeau-là est surtout constitué de brebis avranchines, race locale menacée que je défends. Ces brebis ont un caractère particulier: elles n’aiment pas être enfermées, ni privées d’herbe. Quand on les force à rentrer en bergerie, elles font la grève de la faim. Elles restent couchées près de la sortie, butées, refusant de boire ou de manger. En s’affaiblissant ainsi, elles ratent leur agnelage, car elles n’ont plus la force d’allaiter leur agneau.
Après 3 ans à m’arracher les cheveux sur cet étrange trait de caractère, j’ai compris qu’il fallait leur ficher la paix et les laisser toutes seules dehors, puisque qu’elles le réclament. Je les présente donc au bélier plus tard, afin de les laisser passer l’hiver en plein air, dans les prairies sauvages, dont les qualités nutritionnelles leur suffisent.
Bergère 12 4

© Claude Hubert
Quand la date de mise-bas arrive (je sais à quel moment), je les rentre juste le temps de la naissance, et je les ressors aussitôt après. Elles font gravement la tronche pendant leur enfermement, mais cela ne dure que 3 jours. On les croirait en plein bogue technique: elles ne mangent pas, prennent une attitude de protection des agneaux et un air halluciné. Leurs qualités maternelles sont si exclusives qu’elles vont jusqu’à empêcher leurs petits de jouer. Assignés à dormir dans un coin, ils n’ont pas intérêt à moufter sous peine de remontrances courroucées. Elles ne se détendent que quand elles se retrouvent à l’air libre.
Bergère 12 5

© Stéphanie Maubé
La gestion émotionnelle des avranchines: un challenge pédagogique qui dépasse le cadre agricole! Je suis même presque sûre que c’est l'une des raisons qui incite tant d’éleveurs aux profils inattendus à choisir d’en élever pour les sauvegarder… Notre étrange petit groupe n’est constitué que de passionnés atypiques et inventifs, qui n’aiment pas non plus être enfermés, et qui revendiquent une liberté de penser affranchie des codes de l’agriculture dominante.

"Une bergère contre vents et marées": tous les épisodes

► desmotsdeminuit@francetv.fr

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit