Marco & Paula RECIT. Carnets d'ailleurs : Marco : des lièvres et des lapins ...

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/06/2015 à 23H36, publié le 17/06/2015 à 22H12
lapin 7

Je me demandais, dans une précédente rubrique : comment peut-on être nomade ? Encore plus compliqué : comment peut-on être nomade et consultant à la fois ? Peut-on courir des lièvres sans poser des lapins ?

La vie nomade a ses charmes, c'est incontestable. Comme disait un poster des années 70 caricaturant les affiches de recrutement de l'armée américaine, on voit du pays et on rencontre des gens. Mais Dieu merci, contrairement à ce que disait l'affiche, on ne tue personne. Enfin, pas que je sache.
poser un lapin
Aussi, on ne s'ennuie pas souvent; il y a toujours des imprévus et de potentielles catastrophes pour veiller sur nos insomnies. Il y a une semaine, j'envoyai un email à mon employeur putatif à Londres, pour m’enquérir du contrat pour la mission long terme au Congo Démocratique qui aurait dû commencer “depuis depuis”, comme on dit en Afrique de l'Ouest. Le lendemain, je reçois en retour un email cryptique et sibyllin d'une assistante, annonçant que le contrat est prêt, mais qu'ils attendent toujours la version papier – signée d'une vraie plume – de l'accord conclu avec le client. Les négociations sont terminées depuis plus d'un mois, des versions électroniques ont été échangées, mais il faut “le papier là”. Cette nuit-là, je dormis mal. Au préalable j'avais envoyé un message un peu courroucé au responsable du projet, lui expliquant que tout cela ne m'amusait plus du tout. Cela fait environ huit mois que le démarrage de ce projet est quasi imminent. Il était encore une fois imminent à la mi-mai, quand j'ai reçu un courrier m'informant que le démarrage du 1er juin était reporté au 15 juin.
Join the army
Le surlendemain, les nerfs légèrement en pelote, j'attends deux heures devant mon écran "skype" l'appel du chef de projet. L'hydre se dégonfle un peu : le problème, c'est que le dossier est depuis un mois sur le bureau du fonctionnaire responsable de la signature et de l'envoi du document. Et, pas de chance, il est parti en voyage. L'expert congolais qui représente la compagnie anglaise à Kinshasa a répondu aux demandes répétées d'éclaircissements qu'il fallait faire les choses à la congolaise, sans bousculer personne. L'ironie, c'est que le but de l'assistance technique, bien évidemment, c'est de ne plus faire les choses “à la congolaise”.
 
J'apprends au cours de cette conversation que les anglais, légèrement excédés, se sont mis à envisager de reporter tout le projet de plusieurs mois. Dans ce cas, on approcherait de la catastrophe, puisque j'ai déjà refusé plusieurs offres de mission, sur la foi que le projet allait démarrer “de manière imminente”. Et pire encore j'ai cessé de répondre aux appels d'offre pour les postes d'assistant technique, les contraintes de réputation m'interdisant de courir trop de lièvres à la fois. Mais, me rassure-t-on, le projet pourrait démarrer à la mi-juillet … 
 
On devait en savoir plus hier. Aujourd'hui, silence sur la ligne.
 
Comme aime à le répéter ma chère mère, du temps de mon adolescence j'expliquai – à qui s'enquerrait de mes ambitions professionnelles – que je voulais voyager et surtout ne pas m'ennuyer. Eh bien non, je ne m'ennuie pas.
beau lapin
Pendant ce temps là, aux Etats-Unis, la vie continue. Je visite les magasins de carrelages, de cheminées et d'électro-ménager ; je fais visiter la maison à divers entrepreneurs – pour les travaux d'étanchéité, pour la rénovation du parquet, etc. D'ailleurs, j'écris cette chronique assis sur les marches de l'entrée ; il semble que l'entrepreneuse qui devait venir ce matin pour regarder le parquet est en train de me poser un lapin. Elle a peut-être elle aussi trop de lièvres à courir.
braconnage


Tout Nomad's land.


La page facebook de Des Mots de Minuit. Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@desmotsdeminuit