Les Carnets d'ailleurs de Marco & Paula #79: collage congolais hyper-réaliste

Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 21/09/2016 à 22H06, publié le 21/09/2016 à 11H37

Marco à Abidjan, Paula à Kinshasa. Même loin, Marco ne résiste pas à l’attraction morbide du trou noir congolais, et c’est ce qui se passe du coté de chez Paula qui enchaîne son imagination et sa curiosité. Quelques éclats de cette réalité.

Avec la participation d’une opposition croupion, K. et sa bande (la majorité présidentielle) font le forcing depuis quelques semaines avec un dialogue en forme de farce. Mais au bout d’un temps, il faut bien finir par tirer le rideau, et la date choisie était ce lundi 19 septembre; la MP allait annoncer une résolution, et l’opposition, elle, appelait à manifester pour déposer un mémorandum.
 
Lundi 19 Septembre – tchat entre Paula (Kinshasa) et Marco (Abidjan)
 
10:18Paula: "Ça chauffe -- tir à balles réelles : 1 mort à Limete
10:18 – Marco: C'est le début de la castagne… :-(    
10:19 – Paula: oui, je suis contente d'avoir décidé de ne pas faire travailler l'équipe aujourd'hui.
 
10:20 – Marco: et toi, tu es à la maison? Le ministre de la défense est venu "tirer son coup", ce matin? [note : il a casé sa maîtresse dans l’appartement du dessus].
10:20 – Paula: non, c'est étrange...
10:20 – on est tous à la maison
10:21 – chacun chez soi avec interdiction de mettre le nez dehors.
10:21 – Marco: Bon, ça me rassure -- reste loin des fenêtres (just kidding!).
10:22 – Paula: j'y pensais en fumant mon café sur la terrasse
10:22 – mais ici, c'est calme. je suis à l'écoute des bruits du quartier.
10:23 – Marco: un café bien fumé... ah, quel plaisir!
 
10:30Paula : A Bandal, 1 policier et 4 civils tués.
 
12:12Marco: Ça va, ma chérie? On ne tire pas encore sous tes fenêtres?
12:13 – Paula: non, ça va, mais je viens de perdre un temps fou pour remplir un document pour le Ministère du plan. Tout mon planning est en l'air
12:13 – Paula: en l'air
12:43 – Marco: en l'air? Ça tire en l'air, ou tu vas prendre l'air?..... bisous facétieux.
 
17:40Paula: 17 morts selon le Monde [c’est le chiffre du Gouvernement, d’autres sources ont fait état de plus de 50 morts].
 
17:47Marco: alors, comment ça va, ce soir?
17:48 – Paula: ici, c'est très calme car peu de gens circulent
17:48 – Marco: ah, une sorte de ville morte, donc?
17:52 – Paula: si tu captes des infos pour demain, je suis preneuse
18:08 – Marco: ok - je t'envoie ça plus tard.
 
18:21Paula: une SVS est morte avant qu'on ne puisse l'opérer [SVS - Survivante de violences sexuelles – dans   le jargon humanitaire].
18:44 – Marco: Yako
18:44 – Paula:  ?
18:45 – Marco: "c'est triste", en ivoirien
18:46 – Paula:  J'avais oublié. Je finis de revoir un document puis je regarde un film bête pour me remettre de cette journée. Je vais peut être boire un verre de whisky."
 
Après ce dernier échange coupé-décalé, je partis pêcher des informations sur le net. Puis j’ai fait un collage avec quelques belles pièces attrapées dans ma nasse – rien ne garantit la véracité de ces faits relatés sur la toile, mais la réalité leur ressemble furieusement. Fort furieusement.
 
 
Dimanche 18 Septembre: 
Jean-Chrysostome Kijana, Président National de la NDSCI (Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC), explique:
"Cela se passe à environ 35 km au nord de Bukavu. C’est à Kavumu, dans le territoire de Kabare, sur la route qui mène à Goma. La population est remontée contre ce qu’elle considère comme la passivité de la police. C’est depuis 4h30 que la population s’est révoltée suite à l’insécurité persistante. Les jeunes ont arraché un voleur des mains de la police. Celui a été brulé vif. Le bureau d’un colonel de la police, le bureau du chef de groupement, celui de l’Etat civil et le cachot de Kavumu ont été détruits et incendiés. Les détenus se sont évadés. Le parquet de grande instance de Kavumu a été également détruit. Les tirs continuent en ce moment. La population qui se ruait vers l’aéroport a été stoppée par un fort dispositif de la police et de l’armée. On parle déjà des civils qui seraient morts par balle, mais on n’a pas encore de précisions."
 
Samedi 17 septembre
Dans la journée du 16 septembre 2016, André Kimbuta Gouverneur de la ville de Kinshasa a invité tous les responsables des gangs communément appelés "Kuluna" de toutes les 24 communes de la ville de Kinshasa à une réunion en leur remettant des machettes.
 
"À cette occasion, le message d’André Kimbuta était clair, il demanda à ses chefs des gangs de convaincre leurs amis et leurs bandes de s’attaquer à toute personne qui oserait mettre son pied dans les rues de Kinshasa, dans l’objectif de saboter l’action du Rassemblement de l’opposition du lundi 19 septembre 2016 et pour ensuite dire que le peuple ne suit pas le mot d’ordre de l’opposition. La somme de 28.000 FC sera remise à chacun d’eux, mais qu’ils toucheront une fois que l’opération de sabotage serait organisée et qu’il atteindrait son objectif."
 
Vendredi 16 Septembre
"Les voyageurs en provenance de la capitale congolaise font état d’une ambiance de fin de règne perceptible dans la mégapole. "L’incertitude se lit sur les visages", glisse un Kinois arrivé récemment à Bruxelles. Ce climat délétère se traduit par un flux migratoire inhabituel entre Kinshasa et Brazzaville. Des familles entières traversent le fleuve Congo pour se mettre à l’abri au pays de Sassou N’Guesso."
 
L’ironie, c’est qu’ il y a quelques mois, c’était de ce côté là du fleuve, à Brazzaville, que les armes aboyaient. Mais Sassou N’guesso est plus malin et plus habile que cette "brute junkie" de K., et aujourd’hui il continue à couler des jours heureux dans son palais présidentiel, tandis que l’autre Congo glisse sans frein vers l’abîme.
 
Pendant ce temps, au Katanga et dans l’Est du Congo, les damnés de la terre creusent.
Photo tirée de l’abum War for Minerals du photographe Eberto Zani 

Photo tirée de l’abum War for Minerals du photographe Eberto Zani 

Épilogue: le "Gouvernement" congolais a annoncé ce soir que le téléphone et l’internet allaient être coupés à partir de ce mercredi. Ils ont déjà fait le coup il y a plus d’un an – la coupure avait duré plusieurs semaines dans certaines régions. 

Tout Nomad's land.


La page facebook des mots de minuit, une suite… Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.


@DesMotsDeMinuit