RECIT. Border, bordée, broder, barrer, coup de barre…

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/10/2015 à 17H43, publié le 11/05/2015 à 17H02
 La fine équipe quitte enfin le port.

 La fine équipe quitte enfin le port.

© Armand

Ça y est… Enfin, le départ, gonflés à bloc, tout ce dont nous avons impérativement besoin fonctionne. Le bateau réagit bien, à nous maintenant de tenir le coup, d'intégrer tout l'apprentissage indispensable et de sentir le vent.

Oubliés le quai, les bruits de la ville, le téléphone, les commandes express, la vie d'avant. Direction l'île Maurice. La première étape de ce long voyage que nous quittons déjà. Nous avons enfin réglé la plupart de nos problèmes, les derniers sont mineurs et nous nous y accoutumerons. Le temps est venu de passer à autre chose et de balayer les doutes, sans oublier, encore et toujours les nôtres que nous laissons derrière nous pour quelques mois. 

Les sensations reviennent. En premier lieu celles liées au vent. Elles ne s'expliquent pas. Elles se ressentent par tous les pores de la peau. Sur le visage. Intensité ou légèreté. Orientation. Humidité. Sifflement. Tout est une indication. Le cerveau se contente d'analyser et le corps répond. Au garde à vous. Vent fort. Mains sur la barre. Pas le temps de regarder le ciel ou les étoiles. En plein apprentissage on se concentre. Il faut être rapide, réactif. On ne lit pas la nuit, le regard doit être affûté, perçant, déchirer le voile noir. On doit réagir à la moindre lumière, à la moindre ombre sur l'eau. Etre à l'écoute du moindre bruit. Car le silence est un leurre, l'élingue frappe le mât, la voile faseye, l'hélice tourne, l'ordinateur ronronne, le pilote automatique décroche et le fait savoir, bruyamment. Mais, lorsque le bateau est bien, il glisse sans efforts sur l'eau. Et là, commence un autre temps, celui de la douceur, d'autres craquements, ceux d'une matière qui vit, vibre, à l'unisson de nos sentiments. 

La lune est de la partie. Un lever magique, quelques nuages nous la rendent avec un halo brun-roux, puis elle éclate, pleine, nous offrant spectacle et lumière. Le vent est changeant ce soir de départ. Du régulier au pot au noir donc pas de vent du tout... La chasse commence. La moindre brise nous redonne espoir. Le calme nous aiguillonne. Il faut aller le chercher, ne pas le laisser filer, seul, vers d'autres voiles. Le capturer, le captiver. Lui donner envie de nous emmener au loin. Avec lui. Grâce à lui notre seule frontière sera l'horizon. Plus de terre à portée de regard. La seule immensité. Plus de pollution lumineuse. Les étoiles d'un ciel à nu.
La nuit est propice à tout, malgré le sommeil entrecoupé de quarts de veille. Toutes les heures un point latitude-longitude, événement particulier. Nous sommes à deux. Inutile de parler. Sauf peut être pour s'interroger sur la bonne marche du bateau, le moyen de l'optimiser. En navigation, le jour, le temps est utile. Le faible vent c'est l'entraînement aux réflexes. Le vent fort c'est l'application des consignes. Nous dépendons du bateau, il est notre nouveau meilleur ami. Il faut le traiter avec souplesse, délicatesse. Les coups, il nous les rendra au centuple. On ne le contraint pas on épouse ses humeurs. L'équipage a besoin de lui et inversement. Il a un cap et devra s'y conformer mais la ligne droite est à oublier. De bord en bord parfois. 
L'objectif est une terre mais qui sait. Peut-être nous gênera-t-elle lorsque nous y parviendrons. Peut-être la redécouvrirons nous avec exaltation voire soulagement? Pour l'heure, seuls le vent, la houle captivent notre attention. Toute heure de sommeil grappillée fait mon bonheur et pourtant les sens sont en alerte, surtout la nuit, les claquements sont différents, l'oeil s'ouvre: besoin de moi? Pas d'appel, l'oeil se referme, jusqu'au prochain claquement "différent". C'est amusant ce bruit qui semble appeler sans qu'un mot ait été prononcé. Pour l'heure captain Christine est sur le pont, en alerte. Elle connaît son bateau jusqu'à la moindre vis, chacune de ses réactions, ce n'est pas notre cas, pas encore. Elle doit veiller à ce que nos erreurs soient marginales, un apprentissage sans risque pour le bateau. Elle doit veiller jusqu'à ce qu'elle soit sûre que notre ami et nous nous soyons apprivoisés. A ce moment là, elle pourra dormir. Sur une oreille certes, mais dormir tout de même. Rideau.
En attendant, ça a quand même bien secoué lors de cette première traversée vers Maurice...!

Toute l'aventure de Mer intérieure
 

La page facebook de Des Mots de Minuit. Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@desmotsdeminuit