Maria Kodama... Jorge Luis Borges est "la moitié de mon âme"!

Rémy Roche
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 24/11/2015 à 16H00, publié le 04/10/2014 à 01H16
Kodama 3 © RR

Desmotsdeminuit, une suite... est à Biarritz pour le "23e festival biarritz amérique latine, cinémas & cultures" pour rencontrer, écouter et voir quelques-uns de celles et ceux qui disent l'autre Amérique et son arbre de vie. Le mot à mot de Maria Kodama, la veuve de Jorge Luis Borges...

Borges devant une bibliothèque 2
                    Jorge Luis Borges (1899-1986)


María Kodama écrit, traduit, enseigne. De père japonais et mère alemano-espagnole, elle est née et a grandi en Argentine. Elle a obtenu son diplôme de lettres à l’université de Buenos Aires. Elle a fait la rencontre, qu'elle situe à l’âge de 16 ans, de celui qu’elle admire depuis toujours: Jorge Luis Borges. Elle l'a lu sans le comprendre dès cinq ans. Peu importe. Dans le récit qu'elle fait de cette destinée qui l'unit à lui, c'est la musique de ses mots qu'elle entendait. Avec Borges, Maria Kodama étudie l’anglais et l’islandais, réalise des  traductions vers l’espagnol. Ils se marient en 1986 et résident alors à Genève où l'écrivain meurt la même année.

Depuis le décès de son époux dont elle est la légataire universelle, Maria Kodama se consacre, comme présidente de la Fondation Internationale Jorge Luis Borges, à sa mémoire.
De ces deux perdus dans le labyinthe qui peut symboliser l'oeuvre de l'auteur argentin, Borges dit: "... comme Maria Kodama et moi nous égarâmes ce matin-là et continuons, égarés dans le temps, cet autre labyrinthe."

"Les mots ne sont pas seulement un moyen de communication mais aussi un symbole magique."

"Nous ne pouvons donner que ce qui déjà appartient aux autres."
©JLB

tout le festival...

Voir tous les mot à mot...une suite...

La page facebook des mots de minuit,  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@DesMotsDeMinuit