"À qui de droit" de l'écrivain argentin Martín Caparrós et "Qui va prendre le pouvoir?" de Pascal Picq

Philippe Lefait
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 26/06/2017 à 16H04, publié le 22/06/2017 à 18H00

Repasser par l'intelligence des singes, nos frères, nos cousins, et nos amis en prospective, pour réapprendre l'adaptation nécessaire au monde qui vient: c'est le conseil avisé du paléoanthropologue qui craint une démission de notre humanité face au totalitarisme du numérique. Caparrós fut gauchiste, version Monteneros en Argentine avant de s'assagir -façon de parler- dans le roman ou l'essai

Pascal Picq est  éthologue, paléoanthropologue  et professeur au Collège de France
Engagé d'abord dans des études de physique, en théorie et en archéologie préhistorique, il les a poursuivies également aux États-Unis où on l'a connu instructeur en anatomie.

Ses recherches concernent l'évolution du crâne des hominidés (les hommes, leurs ancêtres ainsi que les grands singes). Elles s'appuient sur une approche expérimentale qui s'inscrit dans le cadre de la morphologie évolutive. Cela conduit, entre autre, à reconstituer la signification fonctionnelle et adaptative du crâne des hominidés en rapport avec les facteurs de sélection naturelle et de sélection sexuelle.
Pascal Picq répète à l'envi que l'homme ne descend pas du singe et que les singes ont évolué en même temps que nous, pas plus, pas moins. Les chimpanzés et les bonobos, nos frères, sont plus proches de nous que les gorilles, nos cousins. 
Et aujourd'hui, il insiste, dans ce nouvel essai, pour nous faire revisiter et réapprendre les comportements sociaux de ceux-ci pour mieux faire face à la crise civilisationnelle et numérique qui menace, afin que les femmes et hommes que nous sommes ne deviennent pas les godillots dociles de maîtres robots ou d'un dictature qui aurait pour nom l'intelligence arificielle.

Illustration 550

C’est nous qui éliminons les grands singes et qui créons les robots.
Comment apprendre à vivre avec ces nouvelles intelligences artificielles pour assurer un futur meilleur à l’humanité ?
Ma réponse d’éthologue et de paléoanthropologue est qu’il nous faut d’abord comprendre les intelligences naturelles qui accompagnent notre évolution, à savoir celle des singes et des grands singes.
Sinon nous serons les esclaves des robots.

Ce livre plein d’humour nous apprend beaucoup sur nous-mêmes, sur les hommes (et femmes) politiques, sur les grands singes… et les robots.

Pascal Picq. Odile Jacob, 2017.

 

Martín Caparrós est romancier, journaliste et essayiste. Né à Buenos Aires en 1959, s'exile en France en 1976 à la suite du coup d’État du général Videla. Il étudie l'histoire à La Sorbonne, s'installe un temps à Madrid avant de rentrer en Argentine au début des années 1980. Considéré comme une figure intellectuelle du monde hispanophone, il a publié une vingtaine de livres. 

Je crois que ma littérature est politique quand je m’y perds. Quand je cesse d’ignorer ce que je ferai pour comprendre que je ne sais pas ce que j’ai fait, ce que j’essaye, où je m’enlise. Quand j’accepte que le langage tout fait ne saurait pas servir à défaire quoi que ce soit.
La politique de la littérature, c’est la littérature. On peut faire de la littérature très réactionnaire à parler des délaissés du monde; on peut faire de la littérature très engagée et ne parler de rien.

Martín Caparrós. Le Monde, 19 avril 2014.

#550 Caparros

Traduit par Alexandra Carrasco

"Carlos, ex-militant de l’extrême gauche argentine, est un homme dont le destin a été bouleversé par la dictature. Cette dernière lui a dérobé à la fois la femme qu’il aimait, Estela, qui a rejoint la légion des tristement célèbres desaparecidos, et ses illusions. Le roman de Caparrós, texte essentiel sur la mémoire collective et la conscience politique, raconte avec force la dérive lente mais certaine d’un homme et d’une génération, et, à travers la soif de vengeance de Carlos, interroge la possibilité de panser les plaies de l’Histoire. Dans un subtil va-et-vient entre l’évocation de l’Argentine des années soixante-dix et le présent, l’auteur tisse le récit d’une obsession, tout en livrant la radiographie terrible d’un pays qui n’a toujours pas réglé ses comptes avec son lourd passé." ©Buchet.Chastel
#550 Caparros 2
Traduit par Alexandra Carrasco
"25 000 hommes, femmes, enfants meurent chaque jour de faim ou de malnutrition à travers le monde. Aucun fléau, aucune épidémie, aucune guerre n’a jamais, dans toute l’histoire de l’humanité, exigé un tel tribut. Et pourtant, la nourriture ne manque pas: la planète ploie sous l’effet de la surproduction alimentaire et le négoce va bon train.

Comment documenter ce paradoxe sans tomber dans la vaine accumulation statistique? C’est la question qu’explore Martin Caparrós en partant à la rencontre de ceux qui ont faim, mais aussi de ceux qui s’enrichissent et gaspillent à force d’être repus. Leurs histoires sont là, rendues avec empathie et perspicacité par l’auteur. Fouillant sans relâche les mécanismes qui privent les uns de ce processus essentiel, manger, alors que les autres meurent d’ingurgiter à l’excès, le texte livre une réflexion éclairante sur la faim dans le monde et ses enjeux, du Niger au Bangladesh, du Soudan à Madagascar, des États-Unis à l’Argentine, de l’Inde à l’Espagne.
Un état des lieux implacable et nécessaire." © Buchet.Chastel

#550 Caparros 4 Dedicace

 


 nous écrire, s'abonner à la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit