Video. Sonia Wieder Atherton, le sel du violoncelle

Rémy Roche
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 10/04/2016 à 08H08, publié le 09/04/2016 à 12H13

Ravissante éclectique, son archet, délicat autant que décidé, invite à ses voyages dans le temps et dans les genres.

On ira vite sur le jeune parcours d'une surdouée, née à San Francisco dans une famille américano-roumaine qui s'installe à Paris. Conservatoire supérieur, elle étudie avec Maurice Gendron et Rostropovitch, il y a pires références... La preuve, elle rejoint rapidement le devant de la scène des solistes du violoncelle, demandée par de grands orchestres en France et ailleurs, tête d'affiche dans des festivals.
Des compositeurs de renom, Aperghis, Dusapin, Duthilleux, lui dédient des oeuvres, elle en compose aussi, notamment pour le film de Chantal Akerman "Un divan à New York" ou "Marie Heurtin" de Jean-Pierre Améris. Car Sonia Wieder Atherton ne s'est pas laissée enfermer dans les étiquettes, on a lu par exemple que la voix sombre et jazz de Nina Simone l'habite au plus profond d'elle-même. On peut en effet y entendre une résonance avec son instrument.
Éclectique donc, Sonia Wieder Atherton, quand elle nous avait rendu visite en 2003, avait joué des styles et des époques en interprétant du Dusapin et cette Allemande - Suite N°2 de Jean Sébastien Bach.
(Réalisation: Pierre Desfons)

Toute la discothèque dmdm

La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@desmotsdeminuit