VIDEO. Sapho, chemins de traverse

Rémy Roche
Par @desmotsdeminuit
Publié le 24/09/2016 à 12H00

Inspirée, typée, la version arabo-andalouse de "Avec le temps". Délicate Sapho.

C'est l'une de nos chanteuses parmi les plus particulières donc les plus remarquables, injustement mise à l'ombre par le mainstream radiophonique. Car si elle a connu quelques succès, son exigence, donc sa différence, lui font font emprunter des chemins de traverse que ne fréquentent que les randonneurs musiciens.
Traverse? En effet. Sapho est une voyageuse, elle est née à Marrakech mais a chanté à Jérusalem et vagabondé ici et là, géographiquement, musicalement aussi en explorant en candidate libre le rock, le punk et le reggae. Curieuse et diverse, comme le fut sa formation: le petit conservatoire de Mireille et les cours d'Antoine Vitez. 
Sapho, qui a choisi son nom de scène en référence à une poétesse de l'Antiquité grecque, c'est tout autant une Janis Joplin qu'une Oum Kalsoum, elle a chanté ces deux icones, mais c'est d'abord Sapho: on la reconnaît dès la première note.
Sa synthèse, c'est la poésie, elle ne pouvait que croiser celle de Léo Ferré et proposait, en live lors d'une Nuit du Ramadan, en 2005, sa version arabo-andalouse de "Avec le temps".

(Réalisation: Jean-François Verzèle)
Toute la discothèque dmdm...