Archie Shepp, noir souffleur

Rémy Roche
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 18/10/2016 à 21H34, publié le 06/12/2014 à 18H01

C'est l'un des plus grands du saxophone ténor mais il manie aussi le soprano avec bonheur. Un combattant sur tous les fronts, austère révolté autant que "balladeur" à la grâce lyrique.

Déjà 77 ans Shepp! Une vie de jazz quand elle fut d'abord puis toujours de combat, celle de la reconnaissance des droits des noirs aux États-Unis, Etat qui s'est notamment construit sur l’esclavage. Le jazz est aussi un combat, celui initié par des noirs pour contester l'universelle bienséance de la musique qui n'était que blanche et bourgeoise. De cette remise en cause musicale, Archie a tout exploré, du free-jazz (pléonasme) aux douces et complexes ballades qu'il enregistra avec Dollar Brand (Duet, 1978), délicat pianiste sud-africain qui se rebaptisa plus tard Abdullah Ibrahim et qui sait lui aussi ce qu'est l'exclusion raciale.
Archie Shepp est francophile, il est souvent en France, pourquoi? terre d'accueil depuis longtemps du jazz et de ses musiciens. Il a écumé les clubs parisiens et continue à épater les scènes héxagonales.
Des Mots de Minuit a forcément croisé son chemin, c'était en septembre 2000. Avec "Party time", le saxophoniste fantasque montrait qu'il a aussi de la voix.

La Sacem lui décerne le Grand Prix du Jazz 2016.
(réalisation: Pierre Desfons)

Toute la discothèque dmdm...