CINEMA. "Titli, une chronique indienne": de l'autre côté du miroir

Rémy Roche
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 05/05/2015 à 17H04, publié le 05/05/2015 à 17H11
Titli -illustration © UFO Distribution

Comme tous les cinémas du monde, le cinéma indien témoigne. Même quand il est bollywoodien (des centaines de titres produits chaque année), il raconte une culture, ses valeurs et ses mirages. Face à cette déferlante étoilée qui, à coup de milliards, produit du rêve à la chaîne, d'autres cinéastes (certes confidentiellement), inscrivent leurs films dans un réel plus quotidien, forcément moins gai.

Titli, une chronique indienne - Kanu BEHL (Inde) - 2h07
Dehli, la ville indienne en pleine expansion qui urbanise à tout-va ses quartiers riches laissant en périphérie végéter ceux des oubliés du miracle économique. C'est là-bas que vivent les 3 frères de cette chronique indienne. Vikhram, l'aîné, pas futé mais violent et colérique, le patron, secondé par Baawla qui tente pleutrement d'arrondir les angles, Titli est le cadet, réduit à la domination des deux autres. Il voudrait bien se dégager des braquages de voitures et des dangereux et incertains petits trafics familiaux transmis de père en fils: le patriarche, s'il est désormais silencieux, garde en arrière toute son influence et la photo du grand-père fait l'objet d'un culte familial.
Titli a économisé, il voudrait acheter la gérance du parking d'un centre commercial en construction dans le centre-ville opulent, mais son rêve s'effondre quand il se fait dévaliser de son pécule lors d'un nouveau mauvais plan Vikhram. Ses frères se rendent bien compte de ses envies dissidentes, pour continuer à le contraindre, ils décident de le marier de force. La malheureuse élue s'appelle Neelu, elle est belle et intelligente, dans une société patriarcale et machiste, elle n'a pas son mot à dire. Mais les deux époux maudits vont faire affaire ensemble pour tenter de se libérer de tous les jougs, et c'est vraiment pas simple.
Titli photo2 © UFO Distribution
Le film est attachant et souvent captivant, même s'il est imparfait ici ou là: c'est un premier long-métrage dont le scenario, qui multiplie les situation d'impossibilités, se risque à devenir trop sinueux . A l'opposé de la fabrique à rêves bollywoodienne, Kanu Behl est dans le concret du tableau d'une réalité sociale et culturelle indienne. S'il fictionne, c'est pour mieux documenter sur un environnement qu'il connaît bien, où la misère affronte les nouveaux riches, une police gangrénée par la corruption qui profite, une violence au quotidien (ici mise en images de façon trop démonstrative). Et des femmes réduites aux derniers rôles, Kanu Behl en fait ses héroïnes, ses personnages féminins sont les seuls dignes et forts de son film.
D'autres cinéastes ont déjà abordé ces rives troubles de la société indienne, Anurag Kashyap avec "Ugly", par exemple, en 2014. Sur place, leurs propositions sont peu de chose face au bulldozer bollywoodien.
Chez nous, ils nous renseignent. Paradoxe: le cinéma nous apprend plus que le JT...

 

tous les Ciné, cinoche
 

La page facebook de Des Mots de Minuit. Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

 

@desmotsdeminuit