Cinéma. "Sleeping Giant": le grand saut

Rémy Roche
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 17/02/2016 à 19H58, publié le 16/02/2016 à 17H06

Encore un film sur le passage à l'âge adulte? Oui, mais celui-ci nous plonge dans les profondeurs et tumultes vicieux de cet âge intermédiaire.

Sleeping Giant - Andrew CIVIDINO (Canada) - 1h29
Surtout forts en gueule ces deux cousins qui passent leurs vacances au bord du vaste et magnifique lac Supérieur, à la frontière Canada-USA. Crâneurs, frimeurs, Riley et Nate sont bien dans les clichés de l'ado post-boutonneux: ils ont déjà tout vu, peur de rien, surtout pas des filles qu'ils insinuent collectionner. Peur de rien? ils se défient pour sauter dans les eaux profondes du lac depuis ses falaises, de plus en plus haut. Eventuellement avec un pétard dans le nez, ils achètent leur herbe à un marginal qui vit dans une roulotte et qui prétend détenir le record du plongeon le plus haut
Ils croisent Adam qui est par là, avec ses parents. Même âge mais beaucoup plus réservé, dans une apparente innocence timide qui le désigne à la vantardise des deux autres. Le motif est tout trouvé: ce ringard n'est même pas capable de conclure avec la pulpeuse Taylor qui lui tourne autour. Pourtant Adam se laisse aller à une attirance pour les deux fanfarons, comme pour tenter de se prouver qu'il est finalement plus fort qu'eux, la preuve, lui aussi s'essaye aux sauts dans le vide. Pas si simple, ils ont quelques cartouches pour résister à la déstabilisation.
Sleeping giant 2 © KMBO

 

Plus dure sera la chute
Jeux de bains, jeux de vilains? A cette comédie tragique de défis qu'on se jette les uns aux autres, le gagnant n'est pas celui qu'on croit, il y aura surtout des perdants. Tourné à l'arrache, comme pour coller au désordre qui agite la tête de ces ados en rêve de devenir adultes pour de vrai, Sleeping Giant aligne tranquillement mais irrémédiablement tout ce qui va conduire au drame. Ce géant couché et faussement dormant, c'est cet immense lac qui invite au grand plongeon, à toutes les audaces de cet âge intermédiaire, ça n'est pas sans risque. La métaphore est habile et habilement mise en scène avec trois comédiens dont on ne peut pas dire qu'ils jouent pour de faux.
 

Ils ne sont pas encore arrivés à l’âge adulte, mais se “réveillent” et découvrent qu’il existe un vaste monde autour d’eux. Et ils essayent de pousser les limites au maximum pour savoir jusqu’où ils peuvent aller.

Andrew Cividino, réalisateur de Sleeping Giant

tous les Ciné, cinoche

La page facebook de Des Mots de Minuit. Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@desmotsdeminuit