Cinéma. "L'homme qui répare les femmes" de Thierry Michel & Colette Braeckman: un médecin contre la barbarie

Rémy Roche
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 17/02/2016 à 19H59, publié le 16/02/2016 à 12H00

Un simple médecin contre des barbares en uniforme qui violent femmes et enfants comme on pose des mines, pour terroriser. Un chirurgien en guerre contre une sale guerre.

L'homme qui répare les femmes. La colère d'Hippocrate -  documentaire
Thierry MICHEL & Colette BRAECKMAN (Belgique) - 1h52

Combien de décennies déjà que la République Démocratique du Congo et ses pays voisins vivent en état de guerre? Un génocide pour commencer, Hutus contre Tutsis et des rancœurs, des vengeances, des massacres qui depuis n'en finissent plus. Dans ces affrontements désormais endémiques, le viol est devenu une stratégie de cette guerre qui, au quotidien, multiplie les crimes contre l'humanité. Des dizaines de milliers de femmes victimes de cette horreur mais pas seulement: des fillettes aussi et même des bébés, la barbarie est sans limite.
Dans le Sud Kivu, un chirurgien, le Dr Denis Mukwege, accueille et soigne ces femmes et ces enfants, des milliers, dans son hôpital. Elles sont non seulement meurtries, elles ont aussi perdu leur dignité et leur place dans leur famille, dans la communauté qui les rejettent. Double peine. C'est en pleurant parfois qu'il les opère, sachant que souvent c'est leur sexualité qui est définitivement démolie. Pas sûr que le terme "répare" du titre convienne: si ces victimes sont physiquement mutilées et durablement traumatisées, on n'imagine pas les comparer à des voitures ou des machines à laver en panne.
On l'appelle "Papa", parfois même "Le messie", évidemment ça ne plait pas à tout le monde. L'homme est menacé au point d'avoir un moment choisi l'exil en Europe, avant de revenir dans son pays, à sa tâche, supplié par des centaines de femmes qui, pour le convaincre, se sont cotisées pour lui offrir un billet d'avion. Désormais il est en permanence protégé comme un chef d'état par une demi-douzaine de casque bleus en gilet pare-balles. Car si les autorités congolaises semblent peu empressées à lutter contre le fléau, diverses instances internationales applaudissent et encouragent l'action du Dr Mukwege qui s'est notamment exprimé à la tribune des Nations Unies et devant le Parlement Européen qui lui a remis en 2014 le prix Sakharov.

Ceux qui violent ce sont nos pères, nos frères! Vous les hommes, vous nous faites souffrir!

une femme du Sud Kivu

Pressées par le docteur qui multiplie les réunions d'information, les thérapies de groupe, les femmes tentent de prendre leur destin en main, des associations se créent pour tenter de mettre un terme à l'assaut. D'autant que les violeurs sont partout. Si dans un premier temps, ce sont les Hutus qui ont été opportunément accusés, il est clair aujourd'hui que les diverses milices, toutes, pratiquent cette terreur, mais aussi des soldats de l'armée régulière, voire des policiers. Impunément la plupart du temps: dans un pays dont les richesses ont été pillées, on clôt une enquête, on annule une mise en examen pour quelques dollars. Pire, des apôtres en sorcellerie prétendraient que prendre la virginité d'une fillette, c'est s'assurer la richesse...

Si on arrête de souffrir pour les autres, on arrête d'être un homme.

Dr Denis Mukwege

Des Docteurs Mukwege, il en faudrait des dizaines en RDC, il faudrait une administration qui cesse de fermer les yeux sur des pratiques barbares, une mobilisation populaire pourrait l'y contraindre, corruption, impuissance, fatalisme, on en est loin. 
Le film est douloureux, bouleversant, parfois insupportable. Mais Thierry Michel et Colette Braeckman, face au constat qu'ils dressent, veulent aussi croire qu'il y a un espoir, celui que rendent possible la détermination du Dr Mukwege et le courage de ces femmes qui se lèvent contre l'inacceptable.

Les autorités congolaises ont vainement tenté d'interdire la projection du film dans le pays.

tous les Ciné, cinoche

La page facebook de Des Mots de Minuit. Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@desmotsdeminuit