VIDEO. Le "mot à mot" de Pierre Notte ("Pédagogies de l'échec") : pouvoir, travail et ficus malgré l'effondrement

Philippe Lefait
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 20/11/2015 à 17H57, publié le 19/07/2015 à 19H43

En 2011, Notte dont l'un des essentiels est d'écrire fonde sa compagnie: "Les gens qui tombent". En 2015, sa dernière pièce est mise en scène à Avignon par Alain Timár qui ne cesse d'incliner -jusqu'à 45% quand même- le plateau sur lequel deux comédiens épuisent les jeux du pouvoir et de la domination au travail dans une autre réel du terme "open space". Le monde vient de s'écrouler!

Le psychiatre D. W. Winnicott avançait qu'il était parfois inutile de "dire au patient que l'effondrement dont la crainte mine la vie a déjà eu lieu". 
La supérieure hiérachique et l'assistant de direction (les comédiens en bonne condition physique Olivia Cote et Salim Kechiouche) de cette pièce n'en ont absolument pas cure. Leur tour d'anciens bureaux est infernale ou en ruines, c'est selon. Ils continuent de mouliner, de s'agripper, de se vautrer dans leur incontinence. Symptômes : asseoir leur pouvoir ou gérer leur "pas ma faute" à coups de localisation de plante grasse ou de rédaction -ou pas- de notes de service! On pourra dire "amusant". On rit, ça "buzze" et on affiche complet jusqu'à la fin du festival. Mais désespérant  de la condition humaine convient mieux à ce qui est donné à voir : un rapport de force, à l'article de la mort.
L'un des mots utilisés ici par Pierre Notte est d'ailleurs torture.
Ne jamais oublier que le latin tripalium, à l'origine du mot travail  était un instrument de contrainte pour les animaux ou de punition pour les esclaves.
C'est aussi le titre de la série documentaire que desmotsdeminuit.fr consacre au travail...

"Pédagogies de l'échec"
Mise en scène et scénographie :
Alain Timár avec Lee Fou Messica 
Le Théâtre des Halles

Notte 7 © Benjamin Hoffman

 


La page facebook des mots de minuit,  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@DesMotsDeMinuit