Midi Py, la quotidienne #5: un déjeuner au nom du pair...

Des mots de minuit
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 12/07/2016 à 23H56, publié le 10/07/2016 à 13H22
Olivier Py  - 10 juillet 2016

"Déjeuner avec le grand Frank Castorf. Tout l’art de la mise en scène vient de lui. Il reste d’une intelligence redoutable et d’une exigence spirituelle hors norme. En visite au festival, il est émerveillé et solaire. Ce qui, pour un homme de "l’ost Berlin" est une performance."

"Nord, une grand-guignolade de Louis-Ferdinand Céline" au lycée Saint-Joseph... 

Midi Py #5 5

Franck Castorf, né en 1951 en RDA, dont les leitmotiv sont l'Europe et l'histoire a mis en scène dans la cour du lycée Saint-Joseph "Norden" d'après Céline. Un spectacle dont le décor est un wagon et qui a été annonçé "belliqueux" par le directeur (jusqu'en 2017) de la Volksbühne de Berlin. Celui-ci opte souvent pour l'adaptation de romans, plus arborescents que les pièces proprement théâtrales. Destouches, écrivain antisémite et collaborateur, raconte, à la fin de la guerre en 1944, sa fuite en Allemagne avec sa femme, leur chat et l'acteur Le Vigan. Carstorf s'attache à traquer le ventre de ceux qui y accueillent le diable, quitte à le "sublimer".      

Photo Carstorf Midi Py #5 © VolskBühne

 

Berlin, où la collaboration avec le directeur de la Volksbühne Frank Castorf fut un grand moment. J’ai une passion pour la culture allemande qui n’était pas tout à fait dans mes gènes au départ.

Olivier Py, 2016.
Répétition de l'acte I de Siegfried. Bayreuth, juillet 2013.

Répétition de l'acte I de Siegfried. Bayreuth, juillet 2013.

© Enrico Nawrath/Festival Bayreuth/ dpa Pictures-Alliance/AFP

On en a vu des scandales à l'Opéra, mais jamais à ce point! Imaginez la scène: lorsque Frank Castorf se présente enfin au rideau à la fin du Crépuscule des dieux, ce qu'il n'avait pas fait les soirs précédents, c'est un ouragan, un tsunami de huées et de sifflets qui l'accueille. Et voilà que le metteur en scène brave le public et lui fait face: il restera dix minutes ainsi, la salle se déchaînant de plus en plus, occupant la scène en bouleversant tout le rituel des saluts. Castorf provoque, les gens marchent: tout se passe comme prévu. Les sœurs Wagner ont réussi leur coup: pour le bicentenaire de la naissance de leur arrière-grand-père, c'est à Bayreuth que ça se passe! L'avant-veille, au deuxième acte de Siegfried, c'est d'une rafale de mitraillette que le héros avait tué le dragon Fafner, ici un caïd de la vie nocturne berlinoise. Rafale si bruyante qu'un spectateur dut être évacué en plein spectacle à la suite d'un malaise!

©Christian Merlin. Le Figaro, 02/08/2013.


La quotidienne d'Olivier Py
 

La page facebook de Des Mots de Minuit. Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@desmotsdeminuit