Midi Py, la quotidienne d'Olivier Py #19 (suite et fin)... La République culturelle, donc!

Des mots de minuit
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 24/07/2016 à 21H00, publié le 24/07/2016 à 19H21
Avignon, 24 juillet 2016.

Avignon, 24 juillet 2016.

La quotidienne #19 (suite et fin): "La ministre de la culture présente à la conférence de presse de clôture. Une première dans l'histoire du festival. Et les artistes, entre lucidité et espérance, qui nous apprennent à vivre le présent..." Olivier Py, 24 juillet 2016.

Olivier Py, on le sait, a le sens du verbe et du mot (graphomane dès 17 ans dit sa biographie autorisée). Dans la conférence de presse de clôture, il est donc remerciant et content d'une édition (sa troisième comme directeur) qui a proposé 63 spectacles et 289 représentations dans 39 lieux et qui a attiré d'après les premières comptabilisations 120000 spectateurs payants (+6,5% que l'année dernière) auxquels s'ajoutent 47000 autres bénéficiant d'une entrée libre pour un taux de fréquentation de 95%. Comme le dit Py, "ce public, assoiffé de découvertes et d'émergences est unique au monde et a été rendu résistant" par l'actualité sombre qui a endeuillé la France. Il ajoute que cette année le festival a posé dans sa programmation la question de la menace qui pèse sur les idéaux et l'humanisme européens. Et de citer Thomas Bernhard :"Les nazis sortent par tous les trous". 

L'une des fiertés de ce festival est bien sa résonance avec le monde.

Olivier Py, Avignon, 24 juillet 2016.
"La cour est un lieu difficile. Elle peut être le paradis. Elle peut être l'enfer. Elle a été cette année trois fois le paradis, avec la Comédie française, Amos Gitaï et "Babel" de Sidi Larbi Cherkaoui." 

"La cour est un lieu difficile. Elle peut être le paradis. Elle peut être l'enfer. Elle a été cette année trois fois le paradis, avec la Comédie française, Amos Gitaï et "Babel" de Sidi Larbi Cherkaoui." 

Pour le dire vite, cette année, les artistes ont concilié la lucidité la plus dure et la plus noire avec une espérance qui se manifeste dans le seul fait de la représentation... à l'écoute des poètes. Plutôt qu'une lucidité désespérante, ce dialogue si vif entre artistes ici à Avignon et l'art plus généralement apportent une lumière, quelque chose de l'ordre de la transcendance dans le collectif, dans le seul fait d'être ensemble, avec un même désir d'intelligence...

Olivier Py, conférence de presse de clôture de la 70ème édition du festival d'Avignon, 24 juillet 2016.
Midi Py #19 3

Tout Avignon sur Desmotsdeminuit...