"La daurade" - Francesca Mantovani

Rémy Roche
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 23/03/2015 à 23H32, publié le 08/06/2014 à 12H00

La couleur photographique de Francesca Mantovani est protéiforme, même quand elle utilise le noir et blanc. Elle est d'abord sensible comme la pellicule qu'elle aussi a abandonnée pour le numérique. Pourtant ses "Natures vives", évoquent la profondeur et le mystère anciens de la peinture.

Elle est devenue photographe par hasard, elle l'est aujourd'hui par passion et par conviction.
Francesca Mantovani est autant sollicitée pour saisir des portraits d'écrivains ou d'acteurs que pour sublimer une préparation culinaire ou encore capter la personalité de la décoration d'un intérieur.
Depuis plusieurs années, elle developpe un travail plus presonnel de composition de natures mortes qu'elle a nommé Natures vives. Ça n'est pas un simple jeu de mots, d'ailleurs dans d'autres langues natures mortes se disent "choses simples" ou encore "vies silencieuses".
En effet c'est à la vie de la nature qu'elle rend hommage dans des images savamment construites, comme pour témoigner et nous avertir de ce qui pourrait nous échapper, victimes d'une surconsommation sans goût.

Francesca Mantovani - "Natures vives". Expo à la Galerie Hegoa (Paris), jusqu'au 21 juin 2014
D'autres Natures vives
Le site de Francesca Mantovani

Toutes les photos parlées.

La page facebook des mots de minuit, une suite… Abonnez-vouspour être alerté de toutes les nouvelles publications.