André Abbal: un apôtre de la taille directe

Géraldine Dolléans
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 23/05/2016 à 18H51, publié le 25/08/2014 à 13H00
Le jardin du musée Abbal

Le jardin du musée Abbal

© G. Dolléans

Au Musée Abbal, à Carbonne (Haute-Garonne), une halte idéale pour admirer quelques statues à l'ombre des cyprès. Un excellent moyen de découvrir celui qui a marqué la sculpture de la première moitié du XXe siècle. Un bel aperçu de l'histoire politique, artistique et rurale de la IIIe République.

Autoportrait d'André Abbal

Autoportrait d'André Abbal

© G. Dolléans
À quelques kilomètres de Toulouse, dans la petite ville de Carbonne, un très joli musée présente l'œuvre du sculpteur André Abbal, l'un des maîtres de la sculpture en taille directe. L'ancien atelier de l'artiste, reconverti en musée par sa femme et sa fille, donne un aperçu très complet d'une œuvre qui a marqué la première moitié du XXe siècle, notamment par le ferme parti pris du sculpteur dans la controverse qui opposa les partisans du modelage et ceux de la taille directe entre 1920 et 1925. Issu d'une famille de tailleurs de pierre, dont un grand-père qui travailla avec Viollet-Le-Duc, Abbal choisit la voie physiquement et artistiquement exigeante de la taille directe, qui consiste à dégager directement d'un bloc de pierre ou de bois une forme progressivement imaginée par l'artiste.
 
Les différentes salles du musée présentent un intérêt historique évident, par le choix des sujets et de la technique. André Abbal, qui étudia à l'Atelier Falguière des Beaux-Arts de Paris et côtoya les grands artistes de son temps à la Villa Brune, est très vite salué comme l'un des sculpteurs qui illustrent une voie indépendante dans les trois courants qui succèdent à Rodin: entre la sculpture officielle néo-figurative et la sculpture d'avant-garde abstraite, Abbal propose des œuvres monumentales, qui furent récompensées de nombreux fois dans l'entre-deux-guerres. Le Labour remporte par exemple le grand prix de la sculpture de l'Exposition internationale en 1937.
 
Un artiste politique
 
Jaurès

Jaurès

© Musée Abbal
À travers ses sculptures en marbre des Pyrénées, en granit, en bois, en plâtre ou en grès d'Auzas, ce sont des fragments de la vie politique, artistique et sociale de la IIIe République qui sont donnés à voir. Très proche de Vincent Auriol, Abbal rencontre et sculpte le personnel politique de tout premier plan, notamment Georges Clemenceau et Jean Jaurès. Des sculptures de nymphes, faunes, silène ou Centaure rappellent le goût de l'époque pour les sujets mythologiques, qui s'exprima par exemple dans l'adaptation de L'Après-midi d'un faune de Mallarmé par Debussy, qui fut un événement de la vie artistique quand les ballets russes de Diaghilev en proposèrent une représentation en 1912. La Première Guerre Mondiale est également incontournable dans la vie et l'œuvre du sculpteur: Abbal combattit dans les tranchées de Champagne, y réalisa de nombreux dessins et laissa plusieurs chefs d'œuvres sur la guerre, notamment les monuments aux morts de Moissac et de Toulouse.
 
Enfants à la boule de neige

Enfants à la boule de neige

© G. Dolléans
Mais les œuvres les plus émouvantes sont peut-être celles qui reflètent la vie familiale et locale du sculpteur, qui s'installe à Carbonne, huit mois par an, à partir de 1921. Abbal a laissé de nombreuses sculptures de ses deux enfants, Anne-Marie et Jacques, et représenté les divers métiers et traditions, en partie disparus aujourd'hui, de cette région rurale. L'Occitane, La Vendangeuse, La Moissonneuse ou Enfants à la boule de neige en sont de beaux exemples. Grand lecteur de Buffon, Abbal dessina et sculpta aussi toute la faune de la campagne environnante, grands ducs, milans, hiboux, bouvreuils, faucons et crapauds entre autres.
 
Le grand jardin qui entoure le musée expose quelques statues, que l'on peut découvrir par une agréable promenade. Pour les Parisiens, les œuvres d'André Abbal essaiment aussi dans toute la capitale puisqu'il travailla régulièrement avec l'architecte Auguste Perret. L'un des bas-reliefs du Palais de Chaillot, les molosses du Mobilier National ou encore la sculpture qui orne la façade de l'immeuble où habitaient les frères Perret, rue Raynouard, sont ainsi des œuvres d'André Abbal.
Chouette et crapauds

Chouette et crapauds

© Musée Abbal
http://museeabbal.free.fr/frame.htm
 
Rue du sculpteur Abbal, 31390 Carbonne.
Été : de Juin à Septembre, ouvert tous les jours (Sauf le mardi) de 10h à 12h et de 15h à 18h.
Hiver : Ouvert seulement le week-end de 15h à 18h.
3,50 euros, gratuit pour les enfants de moins de 18 ans, les étudiants et les demandeurs d'emploi.