"Prodige de la danse", Melvin Lawowi 15 ans, garde la tête sur les épaules

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/12/2015 à 11H31
Melvin Lawowi, future étoile de la danse 

Melvin Lawowi, future étoile de la danse 

© France 2

Originaire d'Aucamville, dans la banlieue de Toulouse, le jeune danseur a bluffé le jury de l'émission "Prodiges", samedi dernier, sur France 2. Son interprétation de l'ouverture de "Guillaume Tell", l'opéra de Rossini, a ému aux larmes le danseur étoile Patrick Dupond. Le jeune virtuose a commencé la danse à l'âge de 3 ans, encouragé par ses parents, tous deux en fauteuil roulant.

Reportage : Jihane Benzina, Muriel Lassaga et Elodie Bonnes
"Je n'ai jamais marché, j'ai directement dansé" affirme Melvin Lawowi. L'adolescent a fait ses premiers pas de danse à l'âge de 3 ans et depuis, sa passion ne s'est jamais démentie. Samedi 26 décembre, en finale de la deuxième édition de "Prodiges" qui récompense les jeunes talents de la musique classique, il l'a emporté face à Hakob, 12 ans, vainqueur dans la catégorie chant, et Elise, la harpiste de 13 ans distinguée dans la catégorie instrument, décrochant ainsi une bourse d'études de 10 000 euros. Melvin succède à Camille Berthollet, la jeune violoniste couronnée l'an dernier. 

Cinq heures de danse par jour

Le jeune homme s'entraîne 5 heures par jour, de 8h30 à 13h30. Il a intégré une formation professionnelle au VM Dance Studio de Toulouse et suit ses cours de seconde par correspondance. Son père et sa mère, tous deux handicapés, se déplacent en fauteuil roulant. "Ils ont toujours été derrière moi" confie Melvin. C'est son père qui lui a fait découvrir la musique classique lorsqu'il était enfant. 
Une chose est sûre : le jeune toulousain est promis à un bel avenir dans l'univers de la danse. Son rêve : aller travailler aux Etats-Unis. 
Patrick Dupond, époustouflé par sa prestation, lui a déclaré : "Je vois en toi un futur qui me fait tressaillir. Tu es l'image de quelqu'un qui va aller très loin, vraiment". C'est tout le mal qu'on lui souhaite.