Le ballet national de Marseille en ouverture de Montpellier Danse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/03/2015 à 15H33
"Hell" d'Emio Greco et Pieter C.Scholten (Avignon 2008)

"Hell" d'Emio Greco et Pieter C.Scholten (Avignon 2008)

© Photopqr/La Provence

Le Ballet national de Marseille (BNM), dirigé depuis peu par l'Italien Emio Greco et le Néerlandais Pieter C.Scholten, ouvrira la 35e édition de Montpellier Danse le 24 juin avec une création intitulée "Extremalism", a annoncé mardi le directeur du festival Jean-Paul Montanari. Montpellier Danse a été fortement perturbé par le mouvement des intermittents en 2014.

14 créations

Au total, quatorze créations sont programmées jusqu'au 9 juillet lors de ce festival de danse contemporaine, qui programme les grandes compagnies mondiales mais ouvre aussi ses portes aux jeunes et prometteurs talents chorégraphiques ainsi qu'aux expérimentations artistiques.

Le Ballet national de Marseille explore le corps en révolte

Dans leur création, Emio Greco et Pieter C.Scholten vont proposer un spectacle sur le thème du corps en révolte. Il s'agit pour eux de s'interroger sur l'impact de la faim, de l'abondance, de la migration, de la numérisation ou encore de la sexualisation, de l'intimité, de la stigmatisation...  "Bref comment le corps répond-il à une crise ? et quel est le rôle de l'art en temps de crise" se demandent-ils, dans ce spectacle qui comptera 30 danseurs. 
"C'est un grand honneur que nous font Emio Greco et Pieter Scholten de nous réserver leur première création depuis qu'ils sont à la tête du Ballet national de Marseille", a commenté M. Montanari, au cours de la conférence de presse de présentation du festival.

MM. Greco et Scholten ont pris la succession de Frédéric Flamand à la tête du ballet marseillais, le deuxième plus important de France. Il a été fondé par Roland Petit en 1972 et a été un temps dirigé par la danseuse étoile Marie-Claude Pietragalla.

Le new-yorkais Trajal Harrel

Après le BNM, Montpellier Danse, qui recevra 20 chorégraphes de 13 pays, attend beaucoup notamment du new-yorkais Trajal Harrel avec le "Fantôme de Montpellier rencontre le Samouraï". Harrel, celui qui "marque le renouveau de la danse américaine, celle qui au départ a tout inventé dans la danse contemporaine", selon M. Montanari, conte la rencontre de deux chorégraphes, le français Dominique Bagouet (1951-1992) et le japonais Tatsumi Hijikata (1928-1986), créateur du mouvement de danse buto.

Enfin pour M. Montanari, l'un des spectacles les plus étonnants sera sûrement celui de Phia Ménard, née Philippe Ménard avec Belle d'Hier. Cette artiste qui vient du cirque travaille avec de la glace, notamment les costumes de cinq femmes qui vont se dégeler.