Figure de proue de la danse contemporaine en Afrique, Salia Sanou compose des gestes musculeux, pleins d’intensité profonde, vibrants aussi de préoccupations humanistes.

Pour Montpellier Danse, festival qui lui est très fidèle, le chorégraphe s’attache, dans Clameur des arènes, à faire partager la puissance extraordinaire des traditions de la lutte en Afrique de l’Ouest. Il s’agit aujourd’hui d’une pratique sportive capable de remplir les stades et de produire des stars. Très festive, accompagnée par les griots, elle demeure aussi empreinte de rituels immémoriaux, sur lesquels veillent les marabouts.

Vue par la danse, la lutte est passionnante, profondément ambivalente : au premier coup d’œil, ne paraît-elle pas habitée par une formidable force brute, extrêmement impressionnante ? Mais n’est-elle pas en fait ultra codifiée, technique et calculée, en même temps que nourrie à travers ses racines culturelles très profondes ? Pour saisir pleinement toutes ces dimensions, Salia Sanou orchestre la rencontre sur le plateau de trois danseurs, cinq lutteurs venus du Sénégal et quatre musiciens chanteurs, sur une brillante création musicale d’Emmanuel Djob.

Sans rien de folklorique, Clameur des arènes questionne le sens de la lutte qui anime toutes nos vies, déjà simplement pour être, avoir sa place, se réaliser. Puissance physique et écriture de la danse alertent la pensée.

Distribution

  • Date 30 juin 2014
  • Durée 1h
  • Production Ozango
  • Chorégraphe Salia Sanou
  • Lutteurs Adama Badji - Feugueuleu 2 / Cheikh Ahmed Tidiane Diallo - Sentel / Bouyagui Diouf - Missionnaire / Babacar Niang - Géant / Ababacar Diallo - Baye Ndiaye
  • Musiciens Emmanuel Djob - guitare, chant / Bénilde Foko - basse / Elvis Megné - clavier / Séga Seck - batterie
  • Scénographie Mathieu Lorry Dupuy
  • Lumière Eric Wurtz
  • Création sonore Hughes Germain
  • Danseurs Ousséni Dabaré, Jérôme Kaboré, Ousséni Sako