Mathilde Monnier nommée au Centre national de la danse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/11/2013 à 13H44
La chorégraphe Mathilde Monnier

La chorégraphe Mathilde Monnier

© XAVIER MALAFOSSE/WOSTOK PRESS/MAXPPP

La chorégraphe Mathilde Monnier a été nommée directrice générale du Centre national de la danse (CND), où elle succède à Monique Barbaroux, a annoncé mardi le ministère de la Culture. C'est la première fois depuis l'ouverture du CND en 1998, qu'une artiste prend la tête de cette institution.

Le ministère a choisi de confier la direction du CND à une artiste, après plusieurs mois de polémiques sur la direction contestée de Monique Barbaroux. Née en 1956, Mathilde Monnier est une figure de la danse contemporaine. 

Directrice du Centre chorégraphique national de Montpellier depuis 1994, elle aime défricher des territoires inconnus, avec des pièces extrêmement différentes les unes des autres, où l'humour et l'aventure ont leur place. Elle multiplie ainsi les collaborations artistiques insolites, avec notamment l'écrivain Christine Angot, le chanteur Philippe Katerine, la chorégraphe Maria Ribot ou le dessinateur François Olislaeger (Qu'est-ce qui nous arrive ?!?).
Mathilde Monnier et Philippe Katerine
La gestion de Monique Barbaroux, qui était candidate à sa propre succession, avait provoqué des remous dans le milieu de la danse. Cette énarque extérieure au milieu de la danse était critiquée comme autoritaire et manquant d'élan artistique. Le ministère prend soin de préciser que "Monique Barbaroux sera appelée à de nouvelles fonctions".

Accent sur la diversité des langages chorégraphiques

Depuis sa création en 1998, le Centre national de la danse situé à Pantin est à la fois un centre de ressources, qui contribue à la valorisation du patrimoine chorégraphique, un lieu de formation des danseurs et d'accompagnement de la vie professionnelle. Une équipe de 110 personnes y travaille.

"Mathilde Monnier aura à coeur de mettre un accent renforcé sur le soutien et l'accompagnement de la création artistique et sur la diversité des langages et des expressions du champ chorégraphique. Elle développera la relation du CND aux publics, notamment par le biais de l'éducation artistique", indique le ministère.