Mathilde Monnier fait danser les amateurs au festival Uzès Danse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/06/2009 à 10H56
Mathilde Monnier fait danser les amateurs au festival Uzès Danse

Mathilde Monnier fait danser les amateurs au festival Uzès Danse

© Culturebox

C'est la chorégraphe Mathilde Monnier qui a ouvert le festival Uzès Danse (du 13 au 18 juin 2009). Elle a rassemblé 80 amateurs, enfants et adultes,  autour de son projet City maquette. Il s'agit d'une nouvelle version de l'opéra Surrogate Cities d'Heiner Goebbels. Il y est question de la ville et des rapports de pouvoir qui s'y instaurent.

C'est l'Orchestre philharmonique de Berlin qui a eu l'idée de travailler avec Mathilde Monnier, lui proposant d'assurer la mise en scène de cette nouvelle version de l'opéra  d'Heiner Goebbels. Pour préparer ce spectacle, la chorégraphe a réalisé une sorte de maquette, un avant-projet, dans lequel elle a mobilisé une soixantaine de personnes, des groupes d'amateurs de la région montpelliéraine. C'était en novembre 2007. Le spectacle final, lui, a rassemblé 130 personnes, professionnels et amateurs, à Berlin en février 2008.  Quelques mois avant le festival gardois, elle a réitéré cette expérience avec des uzétiens, en impliquant également deux chorales de la ville. Une démarche qui colle bien avec l'esprit d'Uzès Danse. Quand le festival a été créé en 1996, par Maguy Marin et Didier Michel, le parti-pris était clair : décloisonner la danse contemporaine pour la mettre en relation directe avec le spectateur. C'est ainsi qu'à Uzès, durant six jours, la danse s'invite sur les places, dans les petites cours, dans les jardins ou à la médiathèque. C'est peut-être ça qui explique le succès de cet évènement. Uzès Danse, c'est comme un gros paquet de bonbons* : quand on a mis le nez dedans, impossible d'en sortir !

* les amateurs de bonbons comprendront le pourquoi d'une telle conclusion : Uzès est en effet célèbre aussi pour son usine (une célèbre marque "que pour les enfants") et son musée du bonbon !