Marie-Claude Pietragalla et Bagnolet : vers un divorce ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/11/2014 à 16H23
Marie-Claude Pietragalla, danseuse et chorégraphe, ici en 2009.

Marie-Claude Pietragalla, danseuse et chorégraphe, ici en 2009.

© Romain Perrocheau / AFP

Depuis cinq ans, la compagnie de Marie-Claude Pietragalla occupe des locaux municipaux de Bagnolet pour un prix modique. Sur pression de parents d'élèves, la nouvelle mairie de la ville envisage de lui demander de quitter les lieux d'ici septembre 2015 pour les réaffecter à un groupe scolaire voisin devenu trop exigu.

La compagnie Théâtre du Corps de l'ancienne danseuse étoile et chorégraphe est installée depuis cinq ans au 12 rue Gustave Nicklès, à proximité de la porte de Montreuil, dans des locaux qui lui avaient été attribués par l'ancien maire PCF de la commune selon une convention dite d'occupation précaire.

Une pétition de parents d'élèves

Une situation dénoncée par des parents d'élèves d'un groupe scolaire limitrophe, Jules Ferry, dont les locaux actuels sont trop exigus pour les 500 enfants qui y sont scolarisés. Face à la lenteur de la mairie à se saisir du problème, ils ont lancé une pétition demandant au nouveau maire PS Tony Di Martino de "tenir sa promesse de campagne" en réaffectant cet espace de 450 m2 à l'établissement, "et ce dès la rentrée 2015".
   
"On envisage de demander à Mme Pietragalla de partir" d'ici à l'expiration du bail, en septembre 2015, a indiqué jeudi l'entourage du maire, reconnaissant que "les besoins de l'école Jules Ferry sont avérés".
   
En effet, face à l'augmentation du nombre d'élèves - un phénomène commun à toute la Seine-Saint-Denis qui connaît une démographie galopante - un préfabriqué a dû être installé dans la cour de l'école maternelle et la bibliothèque, la salle informatique, et la cantine sont saturés, souligne Verena von Derschau, mère d'élèves.

Les griefs : prix modique, sous-location et peu de bonne volonté
   
"On n'a rien contre Mme Pietragalla, mais on a quelque chose contre la mise à disposition, pour 1.000 euros par mois, de 450 m2 de locaux municipaux à un acteur privé qui, en plus, se fait plein d'argent en les sous-louant à d'autres compagnies de danse", a affirmé Mme von Derschau.
   
D'autant, poursuit cette mère de trois enfants, que la danseuse, également juré dans l'émission de télévision Danse avec les stars, n'a fait aucun effort particulier pour ouvrir son centre aux enfants du quartier, pour beaucoup issus de familles modestes.