Les Rencontres chorégraphiques font danser la Seine-Saint-Denis

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/05/2012 à 17H25
Aurélie Gandit et Matthieu Remy

Aurélie Gandit et Matthieu Remy

© DR

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis invitent une vingtaine de compagnies jusqu'au 2 juin. Disséminée dans dix théâtres du département, cette édition propose une belle brassée de créations ouvrant sur des horizons cosmopolites. La directrice, Anita Mathieu, a choisi cette année des oeuvres qui s'interessent "aux singularités, aux solidarités qui revendiquent la place des corps en lutte, en résistance dans notre société".

Aurélie Gandit et Matthieu Remy proposent l'une des créations les plus originales et les plus réjouissantes avec "La variété française est un monstre gluant". Il s'agit d'une conférence-dansée consacrée à la musique de variété française, qui décortique "les figures de style, la rhétorique démagogique ou diablement philosophique des refrains populaires." Aurélie Gandit se sert du texte comme d'une musique et se change à de nombreuses reprises. (Mercredi 9 et Jeudi 10 mai, La Dynamo de Banlieues Bleues à Pantin)

Aurélie Gandit et Matthieu Remy "La variété française est un monstre gluant"

La Belge Lisbeth Gruwez s'inspire des discours du télévangéliste américain Jimmy Swaggart. Dans "It’s going to get worse and worse and worse, my friend", elle se sert d'extraits de ses prêches comme d'une bande son qu'elle traduit en mouvements. (Samedi 12 mai, La Chaufferie à Saint-Denis)

"It’s going to get worse and worse and worse, my friend" de Lisbeth Gruwez
Emmanuelle Huynh s'est inspirée quant à elle de "Shining" de Stanley Kubrick pour "Augures", une chorégraphie dans laquelle elle explore "la transformation de l'enfant en adulte" ainsi que les forces opposées qui cohabitent en chacun de nous. (Vendredi 4 mai et Samedi 5 mai 21h au MC3 Bobigny)

"Augures" de Emmanuelle Hyunh

Frank Micheletti s'interesse de son côté à l’accélération du monde. La technologie dérègle-t-elle les vies et les corps au contraire les maintient elle vivants, fluides ? Avec six danseurs et une musique mixée en direct, "Tiger Tiger Burning Bright..." offre une oeuvre polyphonique, physique et urbaine qui conjugue toutes les vitesses, fait cohabiter des tempos différents, et travaille sur l’intensité des sensations sans évacuer la violence qui parfois les accompagne. (Mardi 22 mai, Espace Michel Simon à Noisy-Le-Grand)

"Tiger Tiger Burning Bright..." de Frank Micheletti

Autre curiosité, la présence d'Elli Medeiros, la chanteuse du tube "Toi, mon toit". Elle présente une chorégraphie en duo avec Mickaël Phelippeau, "Suenos", et échange le micro contre la danse tandis que le chorégraphe se met au chant. L'idée : "mettre en forme et en scène les rêves de l’autre, ceux que l’on fait en dormant et ceux que l’on fait éveillé." Et le songe devenu réalité, Mickaël Phelippeau, qui inventa sa première chorégraphie à 8 ans sur la chanson "Toi, mon toit", en sait quelque chose... (mardi 15 et Mercredi 16 mai 19h, Le Forum au Blanc-Mesnil)

Les Rencontres chorégraphiques internationales en Seine-Saint-Denis
Du Vendredi 4 mai au Samedi 2 juin 2012
Locations : 01 55 82 08 01