Le chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta crée son Sacre du Printemps

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/10/2011 à 10H30
Le chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta crée son Sacre du Printemps

Le chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta crée son Sacre du Printemps

© Culturebox

Le Sacre du Printemps a été créé à Paris en mai 1913 et provoqué... un beau scandale. La musique d'Igor Stravinsky, la chorégraphie de Nijinsky pour les Ballets russes de Serge de Diaghilev, l'avant-gardisme et l'audace du ballet - le rythme est l'élément principal de l'oeuvre - ont profondément déplu aux admirateurs de la chorégraphie classique.Aujourd'hui, le Sacre du Printemps est un "classique" du répertoire et les plus grands chorégraphes - Béjart, Pina Bausch, Martha Graham, Preljocaj - en ont donné leurs propres visions.En revisitant le ballet, le danseur et chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta réalise un rêve d'adolescent. Fidèle à la musique originale de Stravinsky, Gallotta, enfant du classique et de l'abstraction, qui a créé plus de soixante chorégraphies, dirige ses quatorze danseurs et danseuses dans des costumes et des décors minimalistes. Particularité de sa mise en scène : les sept danseuses jouent, tour à tour, le presonnage principal de l' "Elue". Autre originalité du spectacle proposé par Jean-Claude Gallota : deux avants programmes courts, qui permettent aux spectateurs de se préparer à accueillir Stravinsky et sa musique.