Flick Flock Danza : quand la trisomie n'empêche pas d'entrer dans la danse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/10/2012 à 16H12
Les danseurs de la troupe Flick Flock Danza

Les danseurs de la troupe Flick Flock Danza

© DR

Ils étaient ce vendredi 28 septembre sur la scène du Théâtre Montansier, à l'occasion du festival Orphée de Versailles. Et sur scène, personne ne fait de distinction. Les 30 danseurs de Danza Móbile, compagnie andalouse, évoluent ensemble sous la même lumière, dans même un ballet, dédié à l'amour : "La Llama Doble". Pourtant la moitié d'entres eux sont atteints de trisomie, ou d'un handicap intellectuel. Et ça ne fait aucune différence.

Pour cette troupe, l'accès à l'art est un droit inaliénable à tout être humain. Il peut même, et c'est le cas ici, être l'outil, le moteur d'une insertion concrète dans la vie sociale. Face à ces corps, pourtant quelquefois différents, le point de vue change, et l'on ne voit plus ce que l'autre est incapable de faire, mais ce dont il est réellement capable.

Alors le trouble est là, mais la fusion entre les danseurs annihile toute gêne, et l'on ne voit plus que trente sensibilités évoluer en choeur sur scène. Et ces visages qui habituellement choquent, brident, embarrassent, n'en deviennent que plus beaux.

Depuis longtemps l'art a été considéré par beaucoup comme une thérapie possible. Créer permet d'évacuer le trop plein d'énergie, de violence, d'idées, mais aussi de frustration, par exemple en cas de difficultés de communication. L'art est un langage, et c'est pourquoi la trisomie y trouve une part de remède.

10 ème Festival Orphée

Jusqu'au 20 octobre à Versailles

Lieux : Théâtre Montansier, Chapiteau de Porchefontaine, Centre Culturel Jean Vilar, Royale Factory

Réservations par téléphone :  01.39.20.16.16
Du mardi au samedi de 14h00 à 17h00