A Rio, les écoles de samba font preuve d'ingéniosité pour contourner la crise

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/02/2017 à 09H01, publié le 20/02/2017 à 08H59
Cérémonie de purification du Sambadome avant le carnaval de Rio, 19/02/17

Cérémonie de purification du Sambadome avant le carnaval de Rio, 19/02/17

© Yasuyoshi Chiba / AFP

Recyclage, rafistolage... Tout est bon pour économiser les réais et briller de mille feux lors du défilé du grand de carnaval de Rio qui débute le 28 février. La crise touche, en effet, la plus grande fête populaire du Brésil.

"Ici, le maître mot, c'est l'austérité", martèle le président de Portela, école de Samba la plus titrée de l'histoire. Ici, les écoles sont réparties en plusieurs divisions et jugées selon des critères sévères. Le moindre détail peut coûter des points précieux et le manque de moyens pousse les directeurs artistiques à improviser. "On vit au jour le jour. On organise un repas-spectacle à notre siège, on voit combien ça rapporte et on achète des plumes ou des paillettes", raconte Luiz Carlos Magalhaes.

Chaque école du Grupo Especial, la première division, touche environ 2 millions de dollars de la Ligue qui gère les défilés (Liesa), entre subventions de la mairie et droits TV. Certaines formations bénéficient d'une rallonge de la part des "bicheiros", les parrains du business des jeux de hasard illégaux mais la plupart dépendent de sponsors, qui se font de plus en plus rares. "Notre principal sponsor nous a lâchés à la dernière minute, nous avons dû réaliser des prouesses pour boucler le projet", rappelle le président de Portela. Dans une autre école du Grupo Especial, Grande Rio, la cantine du hangar dans lequel les costumes sont confectionnés était payante mais les dirigeants ont dû distribuer les repas gratuitement parce qu'ils n'avaient même pas de quoi payer les salaires des couturières.

Recycler

En deuxième division, la situation est encore plus compliquée. Les subventions sont trois fois moins importantes et les sponsors sont peu nombreux à cause du manque de visibilité. "Non seulement nous disposons de moins de moyens mais les matériaux sont plus chers. C'est pourquoi nous avons dû innover, en quête d'un carnaval plus alternatif", explique le directeur artistique de Viradouro, championne du carnaval en 1997. "Par chance, j'ai trouvé de vrais trésors dans nos stocks d'accessoires et j'ai pu contourner cette crise en recyclant toute une série d'objets", raconte Jorge Silveira, appuyé sur un char monumental en forme de gâteau géant. Même si son hangar est bien moins moderne et spacieux que ceux des écoles du Grupo Especial, Jorge Silveira sait qu'il travaille dans des conditions privilégiées par rapport aux écoles de divisions inférieures.

Solidarité

Du troisième au cinquième échelon, elles ne défilent pas au Sambodrome mais dans la rue Intendente Magalhaes, une artère des quartiers populaires du nord de Rio, sans disposer de la manne des droits télé. "C'est mon cinquième carnaval et c'est certainement le pire de tous. Tout est plus difficile cette année", déplore la présidente d'Arranco do Engenho, qui évolue en quatrième division. "Notre subvention est payée en plusieurs fois et nous n'en avons reçu que 70%. Le reste arrivera après le carnaval. En fait, elle ne sert qu'à payer nos dettes", avoue Tatiana Santos. Pour ne pas subir le sort d'autres petites écoles, qui ont dû abandonner leur projet de défiler cette année, elle a décidé de rendre hommage à Salgueiro, formation de première division, qui, flattée, lui a légué des costumes et même un char tout entier.

Le président de Tupy de Vraz de Pina, de cinquième division, compte aussi sur la solidarité des ses confrères. "Nous vivons de dons. Nous passons de hangar en hangar et les grandes écoles nous fournissent toute sorte de matériel. Quand j'ai repris l'école, il y a deux, ans, on n'avait même pas de baguettes pour taper sur les tambours", se souvient Fabio Augusto.