"Welcome" : le coup de coeur de Josette Baïz pour six femmes chorégraphes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/06/2015 à 15H09
"Welcome" de Josette Baïz panache le travail de six femmes chorégraphes. Ici "Waves" de la coréenne de Sun A Lee

"Welcome" de Josette Baïz panache le travail de six femmes chorégraphes. Ici "Waves" de la coréenne de Sun A Lee

© Didier Philispart

La maison de la danse de Lyon aime les métissages et les décalages. Elle le prouve encore en invitant jusqu’au 6 juin 2015 Josette Baïz et sa compagnie Grenade. "Welcome", la dernière création de l'Aixoise revisite le travail des plus grandes chorégraphes actuelles. Une façon très dynamique de dire bienvenue à toutes les formes de danse. Le spectacle partira ensuite en tournée.

Cette mosaïque chorégraphique pour onze danseurs réinterprète en sept tableaux l’univers singulier de six femmes chorégraphes. International et féminin, le programme de la Compagnie Grenade est un joli condensé d’énergie, de poésie et d’audace.
 
"Let me change your Name" par la chorégraphe Eun Me Ahn

"Let me change your Name" par la chorégraphe Eun Me Ahn

© Léo Ballani

Les femmes à l’honneur  

Pour "Welcome", Josette Baïz a invité Blanca Li, Sun- A Lee, Katharina Christl, Eun-Me Ahn, Dominique Hervieu et Germaine Acogny à lui livrer quelques extraits de leurs chorégraphies pour les adapter à cette œuvre à part entière. La chorégraphe s’est ensuite réappropriée leur mouvement, leur rythme, leur respiration. "J’ai ainsi demandé à des chorégraphes français ou étrangers, reconnues ou émergentes, une de leurs pièces les plus typiques de leur univers fort et singulier", raconte-t-elle.
 Esprit de groupe
En une heure vingt, "Welcome" ouvre un patchwork d’images et de sons puissants et variés. Six séquences courtes se succèdent sans transition, sans explication aucune et laisse progressivement plonger le spectateur dans un programme melting-pot. On craint au début l'éparpillement, mais l’harmonie et la cohésion qui règne au sein la compagnie Grenade atténue ce côté zapping. Sur le plateau, les onze jeunes danseurs de Josette Baïz se regardent, sourient et livrent une performance rythmique et haletante de très haut niveau. Ensemble ou en duo, les danseurs occupent entièrement le plateau et offrent une danse plurielle explosive.
"Plexus" par la chorégraphe allemande Katharine Christl

"Plexus" par la chorégraphe allemande Katharine Christl

© Léo Ballani

"Je cherche à pousser les limites, à entraîner aussi les jeunes dans des retranchements qui vont donner quelque chose. Ce sont toujours des challenges, je ne peux pas affirmer qu’ils vont tenir le coup. Après les filages, ils sont à terre. Puis, j’ai un certain âge, on a moins de force après 30 ans de parcours et en même temps, j’ai du feu en moi, besoin de le transmettre. Je suis plus 'maximaliste' que minimaliste. J’aime que les danseurs trouent l’espace, se dépassent. Ce sont des fusées, cela me correspond", explique la chorégraphe.
      

Un feu d’artifice audacieux de couleurs et de poésie 

La pièce plonge à corps perdu dans la poésie en débutant par la chorégraphie de Dominique Hervieu. "Le Corbeau et le renard" dresse une vision personnelle de la fable de La Fontaine et s'impose comme une introduction au spectacle qui suit.

"Le Corbeau et le Renard" revisité par Dominique Hervieu

"Le Corbeau et le Renard" revisité par Dominique Hervieu

© Leo Ballani

"Welcome" fait jouer les danseurs dans des univers aussi bien chamarrés que minimalistes. La "Pochette surprise" de Blanca Li transforme le plateau en immense volière où les interprètes sont de drôles d’oiseaux multicolores qui s’expriment avec des sifflets et des sons bizarroïdes.

"Pochette Surprise" de Blanca Li

"Pochette Surprise" de Blanca Li

© Leo Ballani

"Partir à la rencontre d’autres univers et explorer l'esprit joueur des danseurs, leur vigueur conjuguée aux jeunes ardeurs du cœur", Josette Baïz est un peu frondeuse. La chorégraphe aixoise décale ainsi les codes de la danse contemporaine des pièces d’origine et leur donne une nouvelle interprétation. Elle moule ses interprètes masculins dans des robes très près du corps, flirte avec le transgenre et déshabille violemment les filles : "C’est pour cette raison que j’ai souhaité cette année continuer de travailler avec d’autres chorégraphes dont l’étrangeté, le décalage et l’humour peuvent mettre en valeur la qualité de ces danseurs."

"Let me Change your name" par la chorégraphe coréenne Eun Me Ahn

"Let me Change your name" par la chorégraphe coréenne Eun Me Ahn

© Jorge Perez

Métissages et compagnie : "Chaque pièce est un défi"  

Depuis 30 ans, les chorégraphies de Josette Baïz mélangent habilement les genres et les langages. La danse contemporaine se laisse bousculer par quelques élans hip hop et puise d'autres racines dans les rythmes afro. Chaque univers a sa propre histoire et "chaque pièce est un défi", rappelle la chorégraphe.
 
Parmi les sept extraits compulsés dans « Welcome », trois pièces ressortent particulièrement. 
"Waxtaan" de l'Africaine Germaine Acogny, "la mère de la danse africaine contemporaine" concocte l’un des plus beaux exemples de métissage du programme. "La pièce de Germaine Acogny a un rapport très fort avec les éléments, le sable, l’air, l’eau… Pour cette pièce, elle a réuni les meilleurs danseurs de toute l’Afrique, pour nos garçons c’est de l’ordre de l’inimaginable", raconte Josette Baïz. Le résultat est d’une puissance gestuelle et rythmique qui confine à la transe quasi hypnotique.

"Waxtaan" par Germaine Acogny

"Waxtaan" par Germaine Acogny

© Jorge Perez

Avec ses micro-mouvements chaotiques accompagnés de musique éléctro, "Waves" de la chorégraphe coréenne Sun-A  Lee nous transporte dans un univers névrotique, à la fois étrange et beau.
"Waves" par la chorégraphe Sun A Lee

"Waves" par la chorégraphe Sun A Lee

© Léo Ballani

Pour "Welcome" la chorégraphe allemande Katharina Christl, première danseuse, assistante et chorégraphe au Ballet National de Marseille, a créé "Plexus". Une pièce de neuf minutes qui débute par un ralenti jouissif sur la musique d’Ennio Morricone d’"Il était une fois dans l’Ouest" et s’achève en apothéose sur "La Passion selon Saint-Mathieu" de JS Bach.
 
"Plexus" Katharine Christl

"Plexus" Katharine Christl

© Leo Ballani

"Welcome" par la compagnie Grenade de Josette Baïz 
Programme complet des extraits :
"Le corbeau et le Renard" Duo de Dominique Hervieu 10’.
"Pochette Surprise" extrait du spectacle Alarme de Blanca Li 11’
"Waxtaan – Afrodites" de Germaine et Patrick Acogny,14’
"Get Done" Duo de Katharina Christl 4 ‘
 “Waves" de Sun-A 10’
"Plexus" Création de  Katharina Christl 9’
"Let Me Change your Name" d'Eun-Me Ahn 14’
 
Welcome  – À partir de 6 ans. Mardi 2 et jeudi 4 juin à 20h30, mercredi 3 et samedi 6 juin à 15h, à la Maison de la danse, Lyon 8e
et en tournée à la rentrée prochaine et en 2016

•• Mardi 15 septembre 2015  - Salle Emilien Ventre - Rousset
•• Samedi 26 septembre 2015 - Puyloubier 
•• Samedi 5 décembre 2015 - Théâtre de Roanne
•• Mardi 22 mars 2016 - Théâtres en Dracénie - Draguignan
•• Jeudi 21 avril 2016 - Théâtre Le Merlan, scène nationale - Marseille
•• Vendredi 22 avril 2016 - Théâtre Le Merlan, scène nationale - Marseille