"Sadeh21", la Batsheva Dance Company s'inspire de David Lynch

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/12/2013 à 12H21
"Sadeh21" par la Batsheva Dance Company

"Sadeh21" par la Batsheva Dance Company

© France3 / Culturebox

La Batsheva Dance company dirigée par le chorégraphe israélien Ohad Naharin présentait à Montpellier Danse l'une de ses dernières créations : Sadeh21. Une chorégraphie qui convoque l'espace d'une heure et quart 18 danseurs au coeur de la pureté et de l'extrême précision.

Comme d'habitude dans ses chorégraphies, Ohad Nahirin, fait coexister l’intense et le latent. Laissant à ses 18 interprètes investir un à un le plateau tel un champ (le sens de « Sadeh » en israélien), un territoire à construire seul ou en groupe. 

Reportage : Jean-Michel Escaffre, Valérie Banabéra et Patrick Euvrard   

Un « champ » qui fait aussi référence au langage cinématographique et notamment à celui, étrange et inquiétant, de David Lynch. Puissante, étirée, la danse prend alors son ampleur laissant les corps se disloquer ou se serrer. MLes Solos suspendus succèdent aux ensembles fusionnels.      

Extrait de Sadeh21 / Batsheva Dance Company

Les danseurs de la Bastheva ont tous en eux cette énergie incandescente transmise par Ohad Nahirin, grâce à la technique Gaga. Un nouveau langage où la danse et le mouvement connectent le corps dans un processus qui relie le plaisir à l'effort. Une autre manière d’envisager la danse non plus dans la souffrance du corps maltraité, mais dans une forme d’évidence animale, intérieure et instinctive. 

Gaga Training par la Batsheva