Montpellier Danse 2016 : créer et résister au sud de la Méditerranée

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/03/2016 à 17H14
Yatra d'Andrès Marin, danseur et chorégraphe de flamenco

Yatra d'Andrès Marin, danseur et chorégraphe de flamenco

© Klaus Handner

Le 36e festival Montpellier Danse, grand rendez-vous annuel de la chorégraphie contemporaine, mettra notamment à l'honneur, du 23 juin au 9 juillet, des créateurs des pays du sud de la Méditerranée, parfois confrontés à des pouvoirs ou des contextes hostiles.

Montpellier est "la seule grande ville de danse contemporaine autour de la Méditerranée" et a donc "une responsabilité vis-à-vis de ses voisins", a souligné mardi lors d'une conférence de presse Jean-Paul Montanari, directeur de Montpellier Danse et de l'Agora, cité internationale de la danse. 

Une réflexion sur la création au bord de la Méditerranée

Lors de ce festival, la danse deviendra le prétexte à une réflexion sur la création au bord de la Méditerranée et sur le rapport des artistes avec les pouvoirs politique et religieux. Avec en toile de fond, ce qui "nous hante" dans l'espace géographique méditerranéen, a souligné Jean-Paul Montanari : la crise des réfugiés et le terrorisme. 

Nacera Belaza, Oumaima Manai, Dimitri Papaioannou

Parmi les 16 créations présentées en 2016 par Montpellier Danse figureront notamment "Sur le fil" de la Franco-Algérienne Nacera Belaza et "Temps mort" de la jeune Tunisienne Oumaima Manai. Le Grec Dimitris Papaioannou revisitera pour sa part le mythe de Sisyphe, métaphore de la situation actuelle de son pays.

Une table ronde intitulée "Danser malgré tout" abordera la question de "la création en résistance dans les pays du sud de la Méditerranée", selon le programme présenté mardi. Une programmation de films évoquera ce même thème.

L'autre "obsession" de cette édition 2016, selon son directeur, "le devenir des grandes compagnies une fois les maîtres disparus" comme Maurice Béjart, Merce Cunningham ou Pina Bausch, explique la programmation du Cullbergbaletten, fondé par la suédoise Birgit Cullberg en 1967 et actuellement dirigé par Gabriel Smeets, qui présentera "Figure at sea", une chorégraphie de l'américaine Deborah Hay.

Dans la même optique, le Dresden Frankfurt Dance, repris par Jacopo Godani, présentera "The primate trilogy". La compagnie avait initialement été fondée par William Forsythe, qui s'en est éloigné.

Christian Rizzo, Pierre Rigal, Awir Leon et Emanuel Gat

Le festival permettra également de découvrir une création du directeur du centre chorégraphique national de Montpellier Christian Rizzo,"Le syndrome Ian", consacré au monde du "clubbing" et dernier épisode de sa trilogie consacrée aux danses anonymes et populaires. Autres créations : "Même" de Pierre Rigal, "Sunny" de Awir Leon et Emanuel Gat, "OCD" Love de Sharon Eyal et Gai Behar.
Le syndrome Ian de Christian Rizzo

Le syndrome Ian de Christian Rizzo

© DR

Montpellier Danse s'ouvrira avec la performance des patineurs virtuoses canadiens du Patin libre, qui se transformeront en danseurs contemporains sur la glace de la patinoire de la métropole.

"Yatra" d'Andrès Marin

Le festival s'achèvera sur un hymne au dialogue entre les cultures avec le spectacle "Yatra" d'Andrès Marin, danseur et chorégraphe de flamenco associé à la compagnie de hip hop de Kader Attou accompagnés par un ensemble de musique traditionnelle du Rajasthan (nord de l'Inde).