"Manger" de Boris Charmatz, la dernière farce de l'enfant terrible de la danse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/02/2015 à 14H48
"Manger" de Boris Charmatz

"Manger" de Boris Charmatz

© Caroline Seidel/MaxPPP

Le chorégraphe savoyard tourne en ce moment avec deux spectacles."Manger" est une création-performance dérangeante autour de la nourriture, au cours de laquelle les danseurs avalent du papier jusqu'à saturation. "Enfant", créé en 2011, voit des adultes malaxer leur progéniture.

Dans "Manger", Boris Charmatz fait ingérer à ses quatorze danseurs une dizaine de feuilles vierges format A4, en guise pain azyme, jusqu'à l'écoeurement. "Manger du papier c'est une métaphore pour digérer le réel", indique le chorégraphe. A la fin du spectacle, il ne reste rien sur le plateau. La scène est débarassée de tous résidus de papier et les danseurs sont repus, les spectateurs aussi. 

Notes d'intention (extrait) : "Nous mangeons couché nous dormons debout nous digérons les informations nous dansons la bouche pleine nous chantons en mâchant nous mâchons en marchant nous dansons en pensant en chantant en avalant nous attaquons le mouvement à partir de la bouche des lèvres des doigts que nous suçons..."

Reportage : D. Borelly / A. Marnas / H. Cadet-petit / A. Kebabdti
"Enfant" est présenté en 2011 dans la cour du Palais des Papes d'Avignon lors du festival. Une pièce chorégraphique où des danseurs adultes malaxent leur progéniture.

Notes d'intention : "Enfant, comme une matière malléable, fragile et incontrôlable. Une charge de réel bouleversant l'équilibre de la scène. Transportés, déposés, manipulés par des danseurs, les corps d'enfants envahissent l'espace, l'agrandissent, le sculptent. De leurs relations naît un jeu de tension et de relâchement qui conjugue force d'inertie et processus de transformation."
"Enfant" par Boris Charmatz au Festival d'Avignon en 2011

"Enfant" par Boris Charmatz au Festival d'Avignon en 2011

© SIPA/SIPA/11071020
Chorégraphe boulimique

A 42 ans, Charmatz dirige le centre chorégraphique national de Rennes depuis 2009. Il l'a refondé en un Musée de la Danse, mais un musée ouvert, vivant et nomade. Avec ce musée mobile, Boris Charmatz investit le Moma de New-York, la Tate Modern de Londres.

Il présente avec deux autres voix célèbres de la danse contemporaine, Simone Forti, et Ralph Lemon, une conversation sur les pratiques muséales et la danse. Pour lui la danse et les lieux d'exposition ont un lien très étroit pour faire accueillir les corps en mouvement
Musée de la danse à la Tate Modern 

Musée de la danse à la Tate Modern 

© France 3 / Culturebox
"Enfant" de Boris Charmatz au théâtre Bonlieu d'Annecy
Jeudi 5 et vendredi 6 février 2015 

"Manger" au Mucem à Marseille (28 février et 1er mars 2015), au Grand théâtre de l'Orient le 29 avril
A Bologne (Italie) les 27 et 28 mars 2015 et au Sadlers's Wells de Londres les 19 et 20 Mai

Et à venir au Palais Garnier en 2015 :
Boris Charmatz proposera une nouvelle version de sa pièce "20 danseurs pour le XXe siècle", dans les espaces publics du Palais Garnier (foyer, hall, escalier...).