Le monde suspendu d'Aurore Gruel à la biennale de la danse en Lorraine

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/10/2013 à 16H50
Aurore Gruel, une secrétaire bien particulière

Aurore Gruel, une secrétaire bien particulière

© France3 / Culturebox

Dans le cadre de la première biennale de la danse en lorraine qui se déroule en octobre et novembre, Aurore Gruel et sa compagnie Ormone présente deux nouvelles créations, "Erika" et "Un oeil sur la chose". La chorégraphe en recherche perpétuelle du geste travaille avec une vidéaste et un musicien qui improvisent en direct au gré des mouvements.

Laisser faire le geste et le corps, laisser faire le balancement et l'élan. La démarche de la chorégraphe Aurore Gruel est tout en physicalité. Ici le temps suspend le vol, la danse est un envol, imperceptiblement, au rythme de l'existence et des cycles qui passent.
"Erika" la dernière création qu'elle présente à la Biennale de la danse en Lorraine, en est le parfait exemple.
Qui est cette secrétaire doublée du rôle d'une espionne infiltrée ? Pour en trouver l'énigme rendez-vous le 5 novembre 2013 à la Méridienne de Luneville.
Reportage : C. Boisson, T. Ganays, E. Le Goff
La deuxième création présentée par la compagnie Ormone, "Un oeil sur la chose" est le second volet d’un triptyque. Une écriture faite d’entrelacs où sont ébauchés les contours d’un singulier symbolisé, cinématographié, poétisé.
Un oeil sur la chose
On sent chez Aurore Gruel la force des questions philosophiques de l'être. L'Individu dans sa dualité avec l'Autre est un des thèmes récurrents sur lesquels la chorégraphe élabore ses créations. Une approche philosophique doublée d'une approche corporelle s'unissent en un lieu : le studio de danse. 

La première Biennale de la danse en Lorraine ouvre ses portes pendant deux mois (octobre et novembre) et offre une très belle programmation. Israel Galvan Josef Dadj, Trisha Brown, ou encore Emmanuel Gat seront présents pour inaugurer l'événement.